Approche des mammifères marins

Le parc naturel marin d’Iroise abrite tout au long de l’année différentes espèces de mammifères marins, dont 2 groupes de grands dauphins, et plusieurs colonies de phoques gris. Voilà quelques conseils et éléments de réglementation pour que vos vacances soient aussi agréables pour vous, que pour eux !

Gardez également en tête que la perturbation intentionnelle et le harcèlement des espèces protégées sont passibles d’amende.

si vous observez un mammifère marin échoué ou qui vous semble en détresse

 

Contactez le réseau national d’échouage au 05.46.44.99.10

De nombreuses raisons peuvent pousser un mammifère marin à s’approcher des côtes. Un phoque gris par exemple peut simplement s’y reposer : le remettre à l’eau le mettrait en danger.

L’animal peut aussi nécessiter des soins vétérinaires, ce qui ne peut être administré que par des personnes habilitées à prendre en charge des espèces sauvages et protégées.

Pour votre sécurité et celles des mammifères marins, n’entrez-pas contact physique avec eux. Des maladies sont transmissibles entre les mammifères marins et notre espèce.

Comment se passe la prise en charge d'un phoque en détresse par exemple? Réponse en images avec le jeune phoque 683, secouru en début d'année plage des Blancs Sablons.

Un jeune phoque gris (Halichoerus grypus) se cachant au milieu de cette végétation dense que sont les himanthales (Himanthalia elongata)

Un jeune phoque gris (Halichoerus grypus) se cachant au milieu de cette végétation dense que sont les himanthales (Himanthalia elongata)

Yves Gladu

Un jeune phoque gris (Halichoerus grypus) se cachant au milieu de cette végétation dense que sont les himanthales (Himanthalia elongata)

Yves Gladu

si vous observez un mammifère marin pendant votre baignade ou votre balade en paddle ou en palmes

 

Ce sont des animaux sauvages qui, par jeu ou recherche de contact sexuel, peuvent interagir avec les humains qui les sollicitent, les amener au large et les mettre en danger.

En cas de rencontre avec un mammifère marin pendant votre activité en mer, profitez de votre chance et gardez vos distances.

De nouveau, pour votre sécurité et celles des mammifères marins, n’entrez-pas contact physique avec eux. Des maladies sont transmissibles entre les mammifères marins et notre espèce.

Vous pouvez participer au programme de récolte de données scientifiques Obsenmer en déclarant votre observation sur le site dédié.

Randy, un dauphin solitaire, dans la baie de Douarnenez à proximité du Belem.

Randy, un dauphin solitaire, dans la baie de Douarnenez à proximité du Belem.

Livier Schweyer / Office français de la biodiversité

Randy, un dauphin solitaire, dans la baie de Douarnenez à proximité du Belem.

Livier Schweyer / Office français de la biodiversité

si vous observez un mammifère marin pendant votre navigation

 

Il est interdit de l’approcher à moins de 100 mètres.

A 500 mètres adoptez une vitesse de 5 nœuds.

S’il vient naturellement vers le bateau, il s’agit soit de curiosité, soit d’un comportement d’autoprotection. Maintenez votre cap et la vitesse de 5 nœuds ou stoppez. A la voile, poursuivez votre route normalement.

Ne tentez pas de suivre les animaux si ceux-ci sont fuyants.  Après votre observation, éloignez-vous à vitesse réduite.