Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les grottes en mer à marée, des milieux remarquables

Les grottes en mer à marée constituent des milieux exceptionnels sur le plan patrimonial car elles abritent des espèces qui présentent un intérêt majeur d’un point de vue écologique, notamment des espèces qu’on ne retrouve habituellement qu’en profondeur. Ces grottes varient selon la taille de la cavité et leur orientation par rapport à la marée, à la houle, aux courants et aux turbulences. La mer se retire complètement de certaines grottes à marée basse et ces conditions avec l’éclairement de la cavité, impliquent une adaptation des organismes qui y vivent.

Un habitat remarquable

Dans la zone de balancement des marées, les fissures, les grottes et les surplombs situés à l'ombre sont des endroits où il est possible d'observer des espèces vivant dans un environnement marin peu profond ou au niveau de l’estran. A l’obscurité, elles trouvent des conditions de vie très proches de celles de leur milieu recouvert par la mer.

Les conditions de milieu, et surtout la diminution de la lumière permettent la remontée d’espèces des profondeurs, appelées espèces sciaphiles, comme des algues rouges (ex : Lomentaria articulata et Membranoptera alata), ainsi que des anémones de mer (ex : Actinothoe sphyrodeta et Sagartia troglodytes).

Riche d’une incroyable biodiversité, les grottes à marée constituent un milieu exceptionnel sur le plan patrimonial. Cet habitat est reconnu d'intérêt communautaire et est donc protégé au titre de Natura 2000 .

Un zoom sur… le trichomanès remarquable (Trichomanes speciosum)

C’est une fougère vivace qui, habituellement, se présente sous la forme de feuilles persistantes triangulaires de 10 à 30 cm de long. Cette espèce a la particularité également d’avoir une autre forme, celle d’un amas de petits flocons vert tendre ressemblant à un tapis de mousse. Ces filaments sont appelés prothalles ou gamétophytes, qui se multiplient de façon végétative sans jamais produire de plante feuillée.
On retrouve des stations de cette espèce, d’intérêt patrimonial majeur et protégé à divers titres, dans les grottes marines.

Où trouve-t-on des grottes marines en Iroise ?

Les 110 km de linéaire côtier de la Presqu’île de Crozon recèlent plus de 446 grottes en bon état de conservation, ce qui fait de ce site un patrimoine exceptionnel et place probablement la Presqu’île de Crozon comme un site de référence pour cet habitat en Europe. Les grottes sont présentes à tous les niveaux de l’estran, avec toutes les expositions possibles face aux houles et aux vents, elles vont du petit creusement de falaise à la grande caverne inexplorée et elles se sont creusées dans différents types de roche.

Ailleurs en Iroise, on retrouve également cet habitat autour d’Ouessant et sur la côte du Léon. Elles n’ont pas encore fait l’objet d’un recensement exhaustif, ni d’une description.

Ces grottes font l’objet de découvertes touristiques en bateau ou en kayak. 

 

En mai 2014, le Parc naturel marin d'Iroise a entrepris une campagne de connaissance sur les grottes en mer à marée des côtes de Crozon. L'objectif est d'approfondir les connaissances sur ces grottes peu connues, pour ensuite envisager la mise en place d'actions de préservation et de protection.

Pour en savoir plus :

"Le Parc marin explore les grottes en mer à marée"