Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les herbiers de zostère constituent des réservoirs de biodiversité

Cet habitat est constitué par une plante à fleur (phanérogame marine) qui se développe sur des fonds constitués de sédiments meubles (graviers, sables et vase) de la zone infralittorale, jusqu’à dix mètres de profondeur. Les zostères forment des herbiers, parfois denses, comparables aux prairies terrestres.

Un habitat remarquable

Les herbiers de zostère sont reconnus au niveau international et européen comme habitats remarquables, en raison de leur très grand intérêt écologique, patrimonial et économique, ainsi que de leurs fonctions de réservoir de biodiversité, de zone de reproduction, de nurserie.
Les racines et les parties souterraines des tiges (rhizomes) stabilise le sédiment alors que les feuilles freinent l’action de la houle et du courant et favorisent ainsi le piégeage des particules fines en suspension dans l’eau. Ces actions combinées limitent l’érosion du trait de côte. Les herbiers de zostère ont un rôle d’oxygénation des eaux environnantes et produisent de la matière organique donc des nutriments pour les espèces qu’ils hébergent.

Les herbiers jouent un rôle très original pour de nombreuses algues et invertébrés qui n'occupent normalement pas des substrats meubles, et qui les utilisent pour se fixer ou trouver refuge et abri. Les herbiers de zostère sont par ailleurs des zones de nurserie reconnues. Ils fournissent en effet aux juvéniles de nombreux poissons, crustacés et mollusques, une nourriture abondante et une protection vis-à-vis de leurs prédateurs. La complexité de cet habitat en fait le refuge d’une moyenne de 150 à 180 espèces dans un site d’herbier breton, avec un total de 500 espèces répertoriées dans l’ensemble des herbiers en Bretagne.

 

Un zoom sur…la zostère marine (Zostera marina)

A ne pas confondre avec la zostère naine (Zostera noltii) ou la posidonie (Posidonia oceanica) qui se retrouve en Méditerranée, la zostère marine présente des feuilles larges (0.5 à 1cm) pour quelques dizaines de centimètres de long (50 et parfois plus). Elle se développe dans la partie basse de l'estran et les premiers mètres du domaine subtidal .

Où trouve-t-on des herbiers en Iroise ?

Les herbiers sont présents dans la plupart des anses sableuses au nord du Conquet, dans l'anse de Berthaume à Plougonvelin, dans le nord de la baie de Douarnenez, entre le Cap de la Chèvre et Morgat et à Sein.
Les 41 herbiers du Parc naturel marin d’Iroise recouvrent une surface totale de 406 hectares soit un peu plus de 0,1% de la surface totale du Parc. Trois d’entre eux ont une surface supérieure à 50 hectares : ils se situent au Sud-est de la presqu’île de Crozon, entre le Cap de la Chèvre et Morgat.
En 2010, une étude de cet habitat a permis de découvrir dans les zones des Blancs Sablons, de Douarnenez et de l’île de Quéménès, des herbiers qui n’avaient encore jamais été référencés.
Les conditions écologiques les plus favorables à l’espèce (optimum écologique de l’espèce) semble être réunies dans l’archipel de Molène, où les pieds atteignent 1,60m dans la partie subtidale des herbiers. La taille record mesurée dans l’archipel est de 2,1 mètres de la base de la gaine à l’extrémité de la feuille la plus longue. La taille maximum couramment admise pour l’espèce est de 1,20m.

Les herbiers de zostère, des habitats fragiles

Les herbiers de zostère sont très vulnérables aux stress et aux perturbations naturelles et d’origine humaine , notamment les extractions de sédiments, les aménagements portuaires, les ancrages « forains » des bateaux, etc.
Le Parc donne des conseils de bonnes pratiques  pour les plaisanciers afin que les mouillages n’impactent pas les herbiers et les espèces qui y vivent.
Le Parc peut aussi émettre des avis conformes, suivis obligatoirement par les services de l’Etat. Ainsi, un avis a été rendu pour la zone de mouillages organisés du Port de Melon (commune de Porspoder), concernant  le renouvellement de l’installation de ces mouillages.