Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

La baie de Douarnenez : un refuge pour de multiples espèces

Une baie et de vastes plages refuges pour de multiples espèces

Vue sur la plage de Trezmalaouen

 C’est en baie de Douarnenez que se trouvent les plages les plus étendues d’Iroise. Certaines sont protégées des courants et des houles dominantes (Morgat, l’Aber), d’autres au contraire font face aux vents dominants (plages de Telgruc, Saint-Nic, Sainte Anne la Palud, Kervel, Trez Malaouen, du Ris).

Ces plages accueillent en grand nombre les juvéniles de poissons plats (soles, turbots, carrelets, barbues…) qui y grandissent la première année de leur existence avant de rejoindre des zones plus profondes. Ces juvéniles sont très fragiles et font l’objet d’un suivi par les équipes du Parc naturel marin.

 

 

Bloc d'hermelles

On y rencontre aussi des formations récifales (hermelles) construites par un ver polychète de la famille des Sabellariidae et des tellines dans les zones où le sable est le plus fin. Ce bivalve est exploité par des pêcheurs à pied professionnels et constitue  également une proie importante pour certaines espèces de poissons ou d’oiseaux.

 

 

 

 

La baie des oiseaux

Macreuses noires dans la baie de Douarnenez

Si peu d’espèces de limicoles nichent en Iroise, elles sont nombreuses à venir y hiverner. Parmi celles-ci on peut noter :

  • le pluvier argenté,
  • le bécasseau variable,
  • le bécasseau sanderling,
  • le vanneau huppé,
  • le tourne-pierre,
  • la barge rousse,
  • le bécasseau maubèche,
  • le bécasseau violet.

Toutes ces espèces fréquentent régulièrement et parfois en abondance la baie de Douarnenez.

On y dénombre également un nombre important de macreuses noires, des puffins des Baléares, des guillemots de troïl, des petits pingouins, etc ..

On peut aussi y observer le dauphin de Risso qui suit les céphalopodes dont il se nourrit et fréquente alors la zone côtière et la baie de Douarnenez à la recherche de seiches et d'encornets. Il semblerait que la baie de Douarnenez soit également utilisée pour l’émancipation des jeunes globicéphales noirs.

Les habitats marins patrimoniaux

Les herbiers de zostère

Herbiers de zostère

La zostère marine est une plante à fleur qui se développe sur des sédiments meubles jusqu’à une profondeur de trois à quatre mètres voire dix mètres.

En baie de Douarnenez, les herbiers se trouvent à l’Est du Cap de la Chèvre (Anse Saint-Nicolas, Île vierge, Saint Hernot), à Morgat et Douarnenez. Ces zones sont caractérisées par des houles et des vitesses de courant faibles, par des eaux turbides et par des sédiments plus fins. Ce sont des herbiers de grande taille (jusqu’à 95 ha pour l’herbier de Morgat).

 

 

Les bancs de maërl

Le banc de maërl de Telgruc en baie de Douarnenez est situé à l’abri d’écueils et d’affleurements rocheux qui sont nombreux dans cette zone. L’analyse des peuplements et de la vitalité du maërl conclue à un bon état de conservation et de santé. Néanmoins, les bancs de maërl ne sont pas à l’abri de pressions anthropiques avérées ou potentielles.

Plongée dans la baie de Douarnenez