Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Suivi acoustique des grands dauphins de l’archipel de Molène

Pour étudier les dauphins et comprendre leur comportement, il est plus pertinent de les écouter que d’essayer de les voir.
Les mammifères marins se guident à l’ouïe, grâce à des organes biologiques plus proches des sonars et des hydrophones électroniques que de l’oreille humaine. Ainsi, le Parc naturel marin d’Iroise, l’ENSTA Bretagne et Océanopolis se sont associés pour élaborer un observatoire acoustique sous-marin. Cette méthode, relativement récente de l’acoustique passive repose sur l’utilisation d’hydrophones ou de micro enregistreurs sous-marins.

A l’écoute des dauphins

Grâce à des hydrophones immergés en plusieurs points stratégiques de l'archipel de Molène, les scientifiques espèrent enregistrer en continu les sons émis par les dauphins.

Ces données sonores permettront de mieux comprendre, sur le long terme, le mode d’utilisation de l'espace vital du dauphin. Les deux groupes de grands dauphins de l’Iroise (Tursiops truncatus) ont la particularité de rester dans le domaine de l’archipel de Molène ou les abords de l’île de Sein. Cette sédentarité, une originalité inexpliquée pour l’espèce, rend ces groupes de dauphins très dépendants de l’état de l’environnement côtier.

Trois enregistreurs de sons autonomes, conditionnés dans un tube cylindrique contenant électronique d’acquisition (disque dur) et piles pour l’alimentation, ont été utilisés et immergés de juin à octobre 2011. Il s’agissait d’un essai pour évaluer la pertinence et le coût de ce type d’observation. En fonction des résultats, ces travaux seront poursuivis.

 

Une technique aux multiples avantages :

 

  • les enregistrements ont lieu jour et nuit indépendamment de la météo,
  • le système sur site est relativement simple et peu onéreux,
  • le système n’est pas  intrusif et ne dérange pas les animaux,
  • l’acoustique passive couvre des surfaces importantes,
  • et il est adapté car les dauphins communiquent beaucoup entre eux !

Parallèlement, l’environnement acoustique de l’habitat des dauphins a été mesuré pour mieux comprendre les interactions entre les mammifères marins et les activités humaines présentes sur site.

Les premiers résultats

Une première campagne expérimentale réussie a permis d’entendre des dauphins à des périodes régulières avec les trois enregistreurs. Les résultats obtenus indiquent une présence quotidienne des dauphins sur chaque site.  La plupart des détections ont lieu entre 5h et 20h mais des activités nocturnes sont aussi présentes. Les analyses montrent aussi des variations au niveau de la présence (nombre et durée) ainsi que de l’activité vocale des dauphins sur chaque site.

Les détections sont enregistrées sur des fichiers acoustiques numériques, décryptés automatiquement par des algorithmes de traitement développés par les équipes de l’Ensta Bretagne et par l’université de Grenoble qui, depuis peu, développe cette compétence. La quantité de données collectées, sur plusieurs mois, par les trois appareils, représente un volume important d’informations qui vont faire l’objet d’un traitement en 2012.

Une analyse fine des vocalisations des dauphins

Tous les types de vocalisations des dauphins sont présents dans les enregistrements et sont parfaitement identifiables. Il s’agit :

  • de « sifflements » dont le répertoire est très vaste. Certains sifflements sont partagés par tous les individus, d‘autres sont spécifiques à un individu. Les signatures servent à garder le contact entre les individus, surtout si les animaux sont séparés ou dispersés. Les sifflements servent aux dauphins pour se regrouper. Ils sont souvent répétés en boucle. 

Ecoutez ces sifflements

 

  • de « clics d’écholocation » qui servent à l’orientation au moment des déplacements et à la recherche de nourriture.

Ecoutez ces clics d'écholocation

 

  • de « Bray calls », littéralement en français des brayements, qui sont utilisés pendant la chasse et la manipulation des proies capturées par les dauphins. 

Ecoutez ces Bray calls

 

  • de « Burst pulses », littéralement des emballements de pulsations, typiques des interactions sociales révélateur d’émotivité lorsqu’ils sont en groupes et qu’ils jouent par exemple. 

Ecoutez ces Burst pulses

 

  • de « sons à basse fréquence » utilisés aussi lors des périodes de repos et d’interactions sociales. 

Ecoutez ces sons à basses fréquence

 

Tous ces sons révélateurs du comportement des animaux sont aujourd’hui en cours de traitement. Ils font actuellement l’objet de statistiques et d’analyses de fréquences par site et de comparaisons entre les sites. Cette meilleure compréhension des dauphins servira au Parc, afin de mieux protéger les individus qui peuplent les eaux de l’Iroise.