Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

La loutre d’Europe

La loutre d’Europe est une espèce menacée qui bénéficie de nombreuses mesures de protection. Alors qu’elle fréquente tous les types de milieux aquatiques, sa présence dans le milieu marin est assez rare, elle se limite à la baie de Douarnenez pour l’Iroise. Le parc naturel marin de l’Iroise a la responsabilité de préserver l’espèce et son habitat. Un état des lieux sur la loutre d’Europe a été réalisé afin de disposer de données permettant le suivi et l’évaluation de l’état de conservation des populations présentes dans son périmètre, pour proposer si nécessaire des mesures de protection adaptées.

Portrait

La loutre d'Europe est un carnivore de la famille des mustélidés où sont également classés la belette, l’hermine, le vison, le putois, la fouine, la martre et le blaireau.
De couleur générale brune, elle présente une gorge plus claire et, parfois, quelques tâches blanchâtres sur les lèvres et le plastron. Sa morphologie, caractéristique des mustélidés (corps allongé, pattes courtes), présente une série d’adaptations au milieu aquatique :

  • ses pattes palmées lui permettent de nager et de se diriger (les pattes arrière sont utilisées comme gouvernail),
  • sa queue épaisse et musculeuse, légèrement aplatie à la base, lui sert de propulseur,
  • la position de ses narines, de ses yeux (adaptés à la vue sous l’eau) et de ses petites oreilles sur une même ligne lui permet de ne laisser dépasser à la surface de l’eau que le strict nécessaire pour faire fonctionner ses sens,
  • son pelage épais et imperméable (60 000 à 80 000 poils/cm² !) est utilisé pour emprisonner une couche d’air isolant lors de la plongée.

Sur son domaine vital, elle doit trouver le gîte et le couvert, ainsi que des conditions favorables à sa reproduction.

Où peut-on la trouver en Iroise ?

La présence de la loutre se limite, en baie de Douarnenez, à l’embouchure du principal ruisseau de la baie, le Kerharo où l’espèce s’est récemment installée.
La loutre est présente aux embouchures des deux principaux cours d’eau de la presqu’île où elle trouve des milieux très favorables de marais côtiers riches en nourriture et en végétation dense. Dans les deux cas, l’espèce est sédentarisée (avec preuves de reproduction), depuis quelques années seulement sur l’Aber et depuis de nombreuses années (vraisemblablement sans réelle interruption) sur l’étang de Kerloc’h.
La loutre n’est actuellement pas installée sur la côte léonarde, entre Porspoder et le Minou. Les prospections menées de façon exhaustive sur les points d’eau douce n’ont pas permis de découvrir d’indices purement côtiers. Les indices de présence trouvés en amont de la Ria du Conquet ne témoignent que du passage d’un individu erratique. Le passage d’un individu sur l’Aber Ildut à la même période est également possible.
Il ne semble pas y avoir de cantonnement permanent de loutre sur les îles de l’archipel de Molène et Ouessant. Les observations répertoriées ces dernières années correspondent au passage d’individus erratiques.