Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Richesses culturelles

Vidéo : les phares

Les informations de cette rubrique sur les phares ont pour référence L’Inventaire général du patrimoine culturel (base Mérimée, Ministère de la Culture et de la Communication, Dreyer Francis ; Fichou Jean-Christophe

La carte interactive des phares d’Iroise

La mer d’Iroise constitue une zone de navigation dangereuse, de par ses fonds rocheux, ses courants parmi les plus forts d’Europe (Raz de Sein, passage du Fromveur à Ouessant), la brume et les tempêtes. Pourtant, l’Iroise, zone de pêche importante et voie maritime reliant le sud au nord de l’Europe a, de tout temps, été un espace particulièrement fréquenté.

Le premier repère lumineux des côtes bretonnes fut allumé sur la tour de l’abbaye de Saint Mathieu en 1691, suivi en 1699 par un fanal porté par la tour du Stiff à Ouessant qui est donc le plus ancien phare breton encore en activité aujourd’hui.

A partir du 19ème siècle, un dispositif de signalisation maritime se met en place en Iroise.

De nouveaux phares et feux sont construits dans les années 1830, à proximité des sites les plus dangereux pour la navigation. Entre 1840 et 1930, une quarantaine d’ouvrages sont construits en Iroise : phare de l’île de Sein, Kermorvan, Créac’h, Pierres Noires, le Four d’Argenton (Tévennec, Ar Men, La Vieille, Trézien, La Jument, Kéréon  et Nividic.

Cliquez sur les phares de la carte pour les découvrir