Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Protéger le patrimoine maritime des côtes et des îles de l’Iroise

Divers outils de protection juridiques des patrimoines existent : protection au titre des monuments historiques, des sites, des aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP). Une charte pour la protection et la mise en valeur des ports d’intérêt patrimonial est en cours d’écriture. Elle devrait prochainement venir renforcer les protections existantes.

Les outils de la protection en Iroise

Depuis le début des années 1990, le patrimoine maritime culturel est mieux pris en compte dans sa diversité par les services de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) qui initient souvent les procédures de classement. Ainsi, dès 1983, les bateaux sont officiellement reconnus comme objets à protéger, même si les classements n'interviendront, pour la plupart, qu'au cours de la décennie suivante.
Les phares du Creac'h, de St-Mathieu et du Stiff sont inscrits en 2005-2006 et classés depuis 2011 ; les Abris du Marin de Douarnenez et de Sein sont inscrits partiellement en 2007.
D'autres éléments pourraient être pris en compte, notamment lorsqu'ils sont particulièrement menacés : anciennes conserveries ou chantiers de construction, maisons de pêcheurs, abris du canot de sauvetage, sémaphores, moulins à marée, villas balnéaires, fortifications littorales, phares ou feux moins emblématiques, voire même des cimetières de bateaux lorsque les épaves sont particulièrement rares.
Les héritages maritimes culturels sont le plus souvent protégés indirectement par la présence d'un monument classé ou inscrit, souvent religieux, à moins de 500 m.
L’Iroise est sous-représentée en termes de monuments ou d'objets classés ou inscrits aux Monuments Historiques en comparaison d'autres secteurs finistériens. Seules les communes de Camaret-sur-Mer et Douarnenez possèdent de nombreux biens culturels protégés.

Les sites protégés 

La plupart des communes littorales possèdent des sites inscrits ou classés (loi sur le paysage du 2 mai 1930) : Ouessant, l’archipel de Molène, Camaret, Crozon, Roscanvel, Sein. Les sites protégés peuvent être des vastes ensembles paysagers, des monuments naturels, des sites présentant un intérêt paysager, artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. Les objectifs sont la protection et la conservation d'un espace naturel ou bâti, quelle que soit son étendue. Pour les sites urbains inscrits ou classés, la mesure de protection est souvent couplée à une AVAP. Certains héritages bâtis isolés peuvent aussi bénéficier de mesures de sauvegarde au sein de sites naturels protégés.
Les héritages maritimes peuvent être également protégés lorsqu'ils se trouvent dans le périmètre d'un site classé ou inscrit pour le caractère remarquable de son paysage.

Les AVAP 

Les AVAP ont pour objet de promouvoir la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces.
Quatre communes littorales du Parc ont réfléchi ou réfléchissent à la création d’une AVAP : Le Conquet, Ouessant, Douarnenez, Camaret-sur-Mer (encore à l’état de projet en 2009, mais le principe a été voté au moment de l’adoption du plan de mise en valeur de la Tour Vauban, classée patrimoine mondial de l’Humanité). Une réflexion est actuellement menée sur le village de Morgat dans le cadre du projet d’aménagement « Morgat Demain ».

 

 

 

 

 

Un nouvel outil: la charte des petits ports

L’association “Port Patrimonial Exemplaire” s’est créée afin d’élaborer une charte pour la protection et la mise en valeur des ports d’intérêt patrimonial aujourd’hui menacés sur les côtes et les îles de l’Iroise.
Cette charte aura pour objectif :

  • de conforter et faire évoluer les identités maritimes des ports d’aujourd’hui au moyen de la conservation et de la valorisation de leurs héritages historiques bâtis,
  • de favoriser à travers des actions de mise en valeur la transmission des héritages maritimes vivants, mémoriels, identitaires et culturels spécifiques à chaque site portuaire,
  • d’inscrire la mise en valeur patrimoniale, architecturale et paysagère des différents sites portuaires (petits ou grands) dans des projets de territoire à objectif de développement.

Le Parc naturel marin d’Iroise est partenaire du travail mené par cette association en vue de la mise en place de cette charte sur les communes littorales et les îles du Parc.