Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Inventaire des épaves de l'Iroise

A ce jour, il n’existe toujours pas de document recensant de manière exhaustive et cohérente les naufrages ayant eu lieu en Iroise et les épaves connues en résultant. Les sources disponibles, publiées ou existantes sous forme d’archives, sont dispersées et d’origines très diverses (plongeurs, associations, institutions).

Face à ce manque de données, à l’initiative du Parc naturel marin d’Iroise, le Drassm s’est proposé de mener à bien un travail de recensement des naufrages et épaves de l’Iroise. Ce travail sera un préalable aux réflexions à mener sur la préservation et la valorisation de ce patrimoine. 

Les outils de connaissance des épaves de l’Iroise

L’inventaire du patrimoine subaquatique reste de la responsabilité de l’Etat. C’est le Drassm  qui est en charge de ce travail.

Un outil d’inventaire (base de données PATRIARCHE) a été mis en place par le Ministère de la culture et de la communication.  Il s’agit d’une base de gestion scientifique et administrative sur toutes les opérations archéologiques autorisées, les sites déclarés et les lieux de fouilles. Il permet la représentation cartographique des entités archéologiques, opérations, protection et projets d’aménagements sur le domaine public maritime.

L’Adramar prépare un Atlas archéologique des biens culturels maritimes de l’Arc Atlantique,  base documentaire qui se veut à la fois :

  • un outil de recherche et de documentation auprès des chercheurs, des plongeurs et du grand public,
  • une ressource pédagogique,
  • un outil de gestion et d’aide à la décision.

Cet atlas répertorie l’ensemble des biens maritimes connus et pas seulement ceux qui ont été signalés (à la différence de l’inventaire du Drassm).  « L’Atlas des deux mers » est intégré à un programme européen, mené en partenariat avec le Royaume-Uni et la Belgique.

En savoir plus :

 > les acteurs de l'archéologie sous-marine.

Un inventaire pour les épaves de l’Iroise

Le travail engagé par le Drassm, à l’initiative du Parc naturel marin, vise à établir un inventaire raisonné du patrimoine culturel sous-marin présent ou potentiellement présent dans  la zone du Parc, notamment par :

  • le recueil, le recoupement et la vérification des données existantes, 
  • des recherches historiques permettant d’étayer les données recueillies,
  • la recherche de documents permettant d’illustrer ces patrimoines, 
  • des plongées éventuelles sur sites, en complément des recherches bibliographiques et en association avec les équipes du Parc.

Une sélection d’une quinzaine d’épaves, parmi les plus représentatives de l’Iroise, seront présentées sur ce site Internet. 

Ce travail d’inventaire sera le préambule à une réflexion plus large sur un classement des épaves selon leur intérêt patrimonial, sur leur état de conservation et l’évolution de cet état, sur les perspectives de préservation mais aussi de valorisation de ce patrimoine culturel sous-marin de l’Iroise.

 

Le Colombian, une épave secrète de l’Iroise

Certaines épaves présentant un intérêt historique particulier, ne sont pas localisées sur les cartes du SHOM afin de garantir leur préservation. C’est le cas du Colombian, cargo mixte anglais de 1864 qui, en 1865, heurte une roche près de l’île d’Ouessant et sombre dans le chenal de la Helle.Il faisait route vers l’Amérique centrale avec, à son bord, une cargaison de marchandises variées (charbon, faïences, alcools, outils...).

L’épave repose aujourd’hui par 60 mètres de fond. Découverte en 1985, elle a été fouillée par le Drassm avec l’aide de la Marine nationale.