Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les acteurs de l’archéologie sous-marine en Iroise

En Iroise, plusieurs organisations œuvrent pour la recherche archéologique sous-marine et la valorisation du patrimoine culturel sous-marin : le Département des recherches archéologiques sous-marines (Drassm), l’Association pour le développement de la recherche en archéologie maritime (Adramar), la Fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESSM), les associations et clubs de plongée. 

Le Parc naturel marin d’Iroise œuvre avec l’ensemble de ces acteurs à la connaissance, la conservation et la valorisation des épaves de l’Iroise.

Le Drassm (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines)

Le Drassm,  service à compétence nationale basée à Marseille relevant du Ministère de la culture et de la communication, est en charge de la gestion, de l’étude, de la protection et de la valorisation des biens culturels maritimes sur l’ensemble des eaux sous juridiction française.

Le Drassm a pour principales missions :

  • l'enregistrement et l'expertise, voire l'étude exhaustive, des découvertes de biens culturels maritimes,
  • l'instruction et le suivi des demandes d'opérations archéologiques,
  • l'instruction des dossiers d'aménagement sur le domaine public maritime (portuaire, éolien, extraction de granulats marins...),
  • la coordination scientifique des programmes de recherches,
  • les mises en dépôt de collections auprès de structures muséographiques,
  • la formation des spécialistes et la valorisation du patrimoine immergé.

L’Adramar (Association pour le développement de la recherche en archéologie maritime)

L’Adramar est une association de type loi de 1901 qui regroupe des archéologues professionnels cherchant à promouvoir les recherches archéologiques maritimes en France comme à l’étranger avec une très forte implication au Ponant.

Ses activités s’inscrivent dans un vaste programme qui vise à épauler le Drassm dans sa mission de gestion, d’étude, de protection et de valorisation des biens culturels maritimes. Ses missions sont la diffusion, la connaissance et le développement de l’archéologie maritime. L’Adramar est porteuse annuellement de projets de sondages et de fouilles mais également des programmes « Atlas des biens culturels maritimes de l’Arc atlantique » et « Atlas des deux mers », prolongement européen du premier programme. Ces deux projets participent à un enrichissement des connaissances et de l’inventaire des sites immergés ponantais et transmanches en mettant l’accent sur les sites bretons. Ses deux programmes sont soutenus par l'Etat (Drassm), l'Union européenne, la Région Bretagne et les Conseils généraux du Morbihan et d'Ille-et-Vilaine.

L’association Adramar voit ses actions soutenues annuellement par la Région Bretagne.

La FFESSM (Fédération française d’études et de sports sous-marins)

La FFESSM participe à des opérations de prospection et de fouilles programmées sur plusieurs années. Les commissions régionales ou départementales d’archéologie de la FFESSM organisent des cours théoriques et des stages préparatoires aux divers brevets fédéraux d’archéologie ainsi que des sorties de découverte de certaines épaves.

Les associations et les clubs de plongée 

Les clubs de plongée locaux (Ouessant Subaqua,  ASEB, Douarnenez Aqua Club, etc.) participent, par leurs fréquentations de ces sites, à la connaissance et à la valorisation des épaves. Des associations telles que Brest Recherche Plongée, Archisub, ARAMIS, sont également très engagées dans l’amélioration de la connaissance et la valorisation de ces patrimoines.

Le Parc naturel marin d’Iroise

Le Parc a parmi ses missions la conservation et la valorisation du patrimoine architectural maritime et archéologique. C’est l’une des dix orientations de gestion, ou grandes finalités du Parc.

Pour cela, le Parc travaille sur son périmètre avec l’ensemble des acteurs de l’archéologie sous-marine et mène des opérations de valorisation des épaves avec une exposition dédiée. Le Parc a également tissé des liens étroits avec le Drassm à travers une convention de partenariat qui prévoit, entre les deux structures, une collaboration scientifique et technique, un échange et une mise en valeur d’informations et de données patrimoniales. La mutualisation de moyens humains et techniques pour des interventions subaquatiques ainsi qu’une mise en valeur des biens culturels sous-marins est également prévue.