Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Ramassage des algues vertes en mer : le Parc marin expérimente

Dans la baie de Douarnenez, les communes sont en charge du ramassage des algues vertes sur les plages. Le conseil de gestion du Parc a souhaité tester l’efficacité d’un ramassage d’algues vertes dans l’eau. Si on réduit la quantité d’algues vertes présentes l’hiver dans la partie immergée, on suppose qu’il y en aura moins sur les plages en période estivale. Cette action curative vient en complément de mesures préventives sur le développement des algues vertes encouragées par le Parc.

Ramasser les algues avant qu’elles s’échouent sur les plages

C’est au printemps, que le développement des algues vertes est le plus important et le plus spectaculaire. Et on a observé que la quantité d’algues présentes en période hivernale dans la partie immergée, ainsi que la houle, la température de l’eau… pendant l’hiver, semblent conditionner le démarrage des algues vertes l’année suivante (conclusions CEVA).

Ramasser ces algues avant que leur développement printanier se fasse devrait éviter qu’elles s’échouent sur les plages au cours de l’été. Le conseil de gestion du parc a testé l’efficacité de ces ramassages dans la baie de Douarnenez, en associant les communautés de communes du pays de Douarnenez et des pays de Châteaulin et du Porzay.

Deux années de tests pour mesurer l’efficacité du ramassage

Les essais sont basés sur un cahier des charges. Il tiennent compte :

  • de l’efficacité (en tonnes) du ramassage (évaluation de l’efficacité du filet, le pompage des algues vertes, leur réception dans le chaland et l’évacuation de l’eau),
  • du coût de l’opération
  • et de l’impact environnemental de la méthode (capture accidentelle, extraction de sable).

En 2010, il était prévu de tester le ramassage en mer et le transport/traitement des algues vertes en utilisant deux techniques :

  • l’utilisation d’une pompe à partir d’une barge,
  • l’utilisation d’un chalutier

Seul le ramassage en mer  a pu être testé. En effet, la quantité finalement pompée a été trop faible pour mettre en place la partie « transport/traitement ».

Normalement, les algues ainsi ramassées devaient rejoindre le centre de co-compostage de la communauté de communes de Douarnenez en partenariat avec les communes de la baie de Douarnenez.

Les premiers bilans des essais de l’année 2010 ont permis d’effectuer des modifications au niveau du chalut afin d’améliorer la récolte des algues vertes et leur pompage.

Une nouvelle expérience a donc été mise en place en 2011

L’opération de ramassage d’algues vertes en mer a été menée dans la baie de Douarnenez  et en rade de Brest.

Le Parc a utilisé des chaluts spécifiques embarqués sur des navires de pêches affrétés pour l’occasion. Les algues vertes sont ramassées par chalutage. Une pompe fixée sur le chalut permet de transférer les algues vertes sur un chaland.

Les algues récoltées sont amenées à terre pour être valoriser par une filière terrestre. Pour exemple, les deux tonnes pompées en octobre ont été entièrement prises par une société d’exploitation d’algues de Bretagne pour une valorisation alimentaire.

Fin octobre, une dernière semaine d’essai dans le rideau de la plage du Ris a permis d’expérimenter une nouvelle technique de pompage des algues avec un tapis roulant adapté à la pompe. Ces essais réalisés par société Bleu-vert servaient de test pour mettre en place cette technique innovante en  2012.

Des résultats encourageants

D’après le bilan 2011, les dernières améliorations sur le chalut ont permis de rendre plus efficace le pompage des algues vertes (2 tonnes en 5 minutes avec égouttage). Nous pouvons espérer pomper 24 tonnes/heure si l’évacuation de l’eau et le déchargement des algues à terre sont réglés. Les essais de tapis en octobre peuvent nous faire espérer une amélioration en 2012. Toutefois, au fur et à mesure du pompage, ce dernier semble perdre en efficacité : la concentration d’algues vertes, très élevée au départ, diminue au profit de l’eau pompée. De plus, l’impact environnemental n’est peut-être pas négligeable (pompage de poissons ou autres espèces…).

De plus, l’intérêt porté par de nombreuses sociétés pour les algues vertes peut nous permettre d’espérer de trouver une filière pour le devenir des algues vertes après leur pompage.