Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

La qualité des eaux de baignade en Iroise

La « qualité de l’eau » évoque surtout les eaux de baignade l’été. C'est aussi un enjeu majeur en hiver pour les espèces vivantes et les activités économiques ou de loisirs comme le surf ou la plongée. Afin de maintenir la qualité des zones d’activités nautiques, un suivi microbiologique a été mis en place depuis juillet 2009 avec l’association Surfrider Foundation. Une base de données a été créée et elle servira de cellule de veille sur les risques microbiologiques au sein du Parc d’Iroise. 

La qualité de l’eau de baignade en Iroise

Le suivi microbiologique est réalisé par des agents du Parc marin tous les 15 jours puis les échantillons sont analysés par un laboratoire indépendant.

Les prélèvements sont effectués toute l’année sur 9 sites à enjeux microbiologiques particuliers et où l’activité nautique et portuaire est importante :

  • Melon,
  • Porspaul,
  • Trez Hir,
  • Porsmilin,
  • La Palue,
  • L’Aber,
  • Pentrez,
  • Plage du Ris,
  • le Rosmeur.

Selon les taux de concentration des bactéries (Escherichia coli et entérocoques), les eaux de baignade sont classées d’excellente à mauvaise qualité. Ces analyses microbiologiques sont destinées à informer toute l’année les usagers et les collectivités locales, apportant une information complémentaire aux prélèvements de l’Agence régionale de santé, réalisés uniquement l’été.

Une base de données sur les risques microbiologiques

Une base de données  « cellule de veille » sur les risques microbiologiques a été mise en place au sein du Parc.

Les analyses apportent des données précieuses aux maires des communes concernées pour établir des profils de plages et de suivi des eaux de baignade. Selon la nouvelle directive européenne sur la qualité de l’eau de baignade 2006/07, ce sont des données obligatoires. Les communes de Crozon et Douarnenez les ont déjà utilisées pour établir des profils de leurs plages.

La cellule de veille permet aussi de prévenir les élus lors de contamination microbiologique, en particulier en période estivale afin de fermer les plages en suivant le principe de prévention. Au cours de l’année 2011, deux interventions du Parc marin ont permis de fermer et de rouvrir ensuite certaines plages. Cette cellule de veille sert également à évaluer l'évolution des apports microbiologiques en zones côtières en période non estivale.

A partir de l’ensemble des résultats, un classement des sites suivis avec l’association Surfrider a pu être réalisé.

En 2011, le classement des sites a été réactualisé. Pour les 4 sites présentant une pollution récurrente, un travail d’identification de la nature des pollutions a été réalisé par Surfrider.

Communes Point de baignade Classement en 2011 selon la nouvelle directive
Crozon La Palue Bonne qualité
Crozon L'aber Qualité suffisante
Douarnenez Le Ris Qualité suffisante
Douarnenez Le Rosmeur Qualité insuffisante
Lampaul-plouarzel Porspaul Qualité insuffisante
Locmaria Plouzané Porsmilin Qualité insuffisante
Plougonvelin Trez Hir Qualité insuffisante
Porspoder Melon Qualité suffisante
St Nic Pentrez  

Les modalités de classement et les seuils plus stricts imposés par la directive de 2006 ne permettent qu’à 4 des sites (Melon, L’Aber, le Ris et la Palue) d’être d’une qualité suffisante.

Avec l’association Surfrider, le Parc a pu bénéficier de la réalisation de fiches descriptives par site sur  les sources potentielles et réelles de pollution bactériologique. Un appel à projet sur l’identification d’origine humaine ou animale des contaminations fécales a été également lancé en 2011 et reconduit en 2012.

D’où vient la pollution microbiologique ?

Les sites de Melon et Porspaul présentent une pollution principalement liée aux problèmes de raccordement à l’assainissement. Pour les sites du Ris et du Rosmeur, Surfrider a identifié les sources potentielles de pollution. Ils sont en zone urbaine. La plage du Ris subit également les rejets issus du cours d’eau du même nom qui se jette au milieu de la plage. 

70% des 8 pollutions ponctuelles constatées entre avril 2010 et avril 2011 sur les communes de Crozon, Plougonvelin et Plouzané sont dues à des évènements pluviométriques importants, avec le ruissellement des eaux provenant des bassins versants, contenant des bactéries. 10% des pollutions ponctuelles sont le résultat d’incident en station d’épuration et de mauvais fonctionnement d’une station de pompage (cas de l’Aber et de la Palue). Pour 20% des pollutions ponctuelles, nous n’avons pas encore pu identifier la source de la pollution.