Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

La pollution microbiologique en Iroise

La pollution microbiologique est due aux bactéries d’origine fécale et  provient  principalement des eaux usées et des élevages agricoles. Elle entraîne des conséquences pour la qualité des eaux de baignade, des sites de sports nautiques, et la qualité microbiologique des zones de pêche (coquillages, tellines…) et de conchyculture. La contamination microbiologique a des conséquences importantes sur la santé humaine. Par contre, les espèces marines (faune et flore) semblent peu impactées par ce type de pollution.

La pollution microbiologique est évaluée en suivant certains indicateurs de contamination fécale. Ces derniers ont permis de mettre en place une réglementation concernant les activités conchylicoles (élevage d’huîtres, de moules…) et de loisirs, dont la baignade. Ils permettent aussi d’évaluer la qualité de l’eau en vue d’une labellisation biologique des algues.

94% des plages au sein du Parc marin sont conformes à la législation pour la baignade mais certaines masses d’eau (les Abers et la baie de Douarnenez) sont plus sensibles à cette pollution. De plus, la qualité pour la pêche est globalement moyenne. En effet, de nombreux sites sont classés B, c'est-à-dire de moyenne qualité (cf. Tableau), avec des préoccupations particulières pour les Blancs Sablons.

De plus, le SDAGE de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne met en évidence de nouvelles sources de pollution en lien avec le tourisme dont l’augmentation continue du nombre de bateaux de plaisance qui peuvent être, au mouillage, des sources de pollution microbiologique au sein du Parc. Un regard particulier est donc posé sur ce point au niveau du Parc naturel marin d’Iroise.

L’objectif en Iroise est d’avoir une bonne qualité de l'eau en terme microbiologique pour soutenir et maintenir les activités de pêche et de tourisme.

Pour cela, il est primordial de faire appliquer les seuils microbiologiques définis et adaptés au Parc naturel marin d’Iroise au sein des commissions terrestres (commissions locales de l’eau, SAGE…). De plus, un suivi des contaminations bactériologiques sur les plages est mis en place par le Parc et la Surfrider Foundation tout au long de l'année afin de soutenir les activités nautiques et pour n’obtenir aucune plage classée en "Insuffisant" pour les zones de baignade. Enfin, il est important de maitriser les rejets provenant des zones de mouillages et ports du Parc naturel marin d’Iroise et d’y définir des seuils.

Classement des zones de pêche à pied

Classement Interprétation
A Site de bonne qualité
B Site de moyenne qualité
C Site de qualité médiocre (les coquillages peuvent être contaminés une partie de l'année)
D Site de qualité mauvaise (les coquillages présentent une contamination importante et continue)

Conformément aux dispositions du code rural, la pêche à pied de loisir est autorisée en zone A, tolérée en zone B sous réserve d’une information du consommateur  (la DDASS recommande alors une cuisson des coquillages avant consommation) et interdite en zones C et D.

Identification des causes

Les réseaux liés aux problématiques microbiologiques ou d’eutrophisation se sont développés au sein du Parc naturel marin d’Iroise. L’interaction entre (...)

Eaux de baignade

La « qualité de l’eau » évoque surtout les eaux de baignade l’été. C'est aussi un enjeu majeur en hiver (...)

Labellisation BIO des algues

La récolte des algues est une activité ancestrale et essentielle en Iroise. Elle constitue un enjeu économique pour de nombreux (...)