Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les pollutions liées au carénage en Iroise

Le carénage est la série d'opérations de révision périodique de la coque d'un navire, incluant le nettoyage de la coque sous la ligne de flottaison, et généralement le décapage des restes d’antifouling et la remise en peinture.

On retrouve dans les déchets du carénage différents polluants (TBT (biocide avec étain), biocides (fongicides, insecticides et/ou herbicides), métaux lourds). Or ces déchets sont toxiques et dangereux et peuvent avoir un fort impact sur les eaux du parc marin.

Les conséquences du carénage en mer d’Iroise

Le carénage rejette dans la mer des substances toxiques par l’eau de lavage ou par le ruissellement des eaux pluviales. Ces polluants, qui se retrouvent dans les sédiments et la colonne d’eau, peuvent affecter les organismes marins, tout le long de la chaîne alimentaire, du phytoplancton à l’homme. Les biocides ont un effet rapide et à faible concentration sur le phytoplancton, en inhibant la photosynthèse. Cet effet se répercute sur les organismes filtreurs (moules, huîtres). Les métaux lourds contaminant les fruits de mer sont susceptibles d’induire des maladies aiguës ou chroniques chez les consommateurs.

Une réduction des rejets de biocides et métaux lourds en général induirait une meilleure qualité des produits de la mer et une réduction des risques sanitaires.

Mesurer et surveiller les impacts du carénage

Le réseau d’observation de la contamination chimique du littoral (ROCCH) de l’Ifremer a montré que les concentrations de cuivre et de zinc dans le milieu sont supérieures à la moyenne nationale en particulier en baie de Douarnenez (site de Kervel). A Porz Arlan (Ouessant), des valeurs inquiétantes de TBT et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont été mesurées. Elles dépassent les normes de la DCE (Directive Cadre de l’Eau).

Le Pôle Analytique des Eaux a effectué entre 2001 et 2004 des mesures de certains biocides utilisés dans les peintures antisalissures en rade de Brest. Globalement, les concentrations sont supérieures aux normes européennes pour l’eau douce (il n‘existe pas encore de seuil pour le milieu marin).

Ces concentrations ont un impact sur la faune et la flore. Par exemple, le diuron impacte le développement des diatomées (micro-algue planctonique, à la base de la chaîne alimentaire marine) à partir de 25 ng/l. Elles peuvent être remplacées par des espèces toxiques comme Alexandrium minutum  qui ne sont pas autant affectées.  

Les aires de carénage : source de pollution ?

Dans la zone du Parc naturel marin d’Iroise, il existe trois aires de carénage : Morgat, Camaret, Tréboul.  Elles sont en projet au Conquet et à l’Aber Ildut.

Le réseau REPOM (réseau national de surveillance de la qualité de l'eau et des sédiments des ports maritimes) et les suivis complémentaires effectués en 2010 par le Parc marin en zones portuaires proches de zones de carénages ou de réparations navales montrent que les sédiments ont souvent des concentrations de polluants dépassant les normes réglementaires N2 (très pollué).

Seuls les ports de Douarnenez et de Camaret sont munis d’aires professionnelles de réparation navale. En vue des travaux pour la mise en conformité de ces installations à Douarnenez, des études ont été menées sur la qualité de l’eau et des sédiments et montrent une bonne qualité des sédiments au niveau bactériologique et autres produits. Par contre, les contaminations chimiques sont nombreuses, dépassant le niveau réglementaire N1 (moyennement pollué) pour le mercure, le plomb, et le zinc. Le cuivre, dont l’origine est la peinture antifouling, dépasse le niveau règlementaire N2. Les zones les plus contaminées se trouvent à proximité de l’aire de carénage et du slipway. Il est donc important de limiter l’impact des rejets liés au carénage et à la réparation navale.

Vers un carénage propre ?

Pour allez plus loin :

Visitez le site du réseau éconav, dont l‘objectif est de favoriser une navigation plus écologique.

 www.econav.org

Il faut suivre les normes DCE qui fixent des seuils dans l’eau pour 41 substances prioritaires (dont certaines sont en lien avec le carénage). De plus, pour limiter les pollutions lors des dragages des ports, et lors du transport de contaminants dans les boues de dragages clapées en d’autres zones, il faut réduire les rejets afin d’améliorer la qualité des sédiments provenant du carénage.