Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Audierne, un port de ligneurs

Autrefois réputé pour ses langoustiers puis ses germoniers (navires spécialisés dans la pêche au thon blanc ou germon ), le port d'Audierne est devenu depuis les années 1990 exclusivement un port de pêche côtière.

Le port est autant réputé pour la qualité de ses poissons que les prix pratiqués dans sa criée. Ils sont parmi les plus élevés de la façade Atlantique. Cela explique que les lundis et jeudis, quelques pêcheurs douarnenistes viennent en criée d’Audierne vendre leurs produits de la pêche, notamment du bar, du grondin et de la sole de qualité « extra » (la plus haute cotation de fraicheur pour les produits de la pêche). 

Le port

Flottille dominante

ligneurs

Le port départemental d’Audierne situé à l’embouchure de la rivière du Goyen (rive droite), accueille à la fois des activités de pêche, de plaisance et dans une moindre mesure, de commerce. Il est en réalité scindé en deux parties :

  • l’une située sur la commune d’Audierne accueillant l’activité de plaisance et le stationnement des navires de pêche,
  • l’autre à Poulgoazec sur la commune de Plouhinec (rive gauche du Goyen) accueillant l’essentiel de l’activité de pêche professionnelle (débarquement, criée, mareyage, avitaillement…) et de commerce. La criée de 900 m², dispose d’un système de vente informatisé, d’une chambre froide de 270 m² et de trois magasins de marée.

 

Effectif et production

A la fin des années 2000, le port de pêche compte 41 navires immatriculés dans le quartier maritime Audierne dont :

  • 35 armés pour la pêche côtière,
  • 1 à la pêche hauturière et
  • 5 pratiquants mixtes.

La moitié de ces navires n’exercent qu’un seul métier, l’autre moitié regroupe  des unités relativement polyvalentes qui pratiquent deux métiers ou plus. Au cours des années 2000, le nombre de navires immatriculés dans le quartier d’Audierne a diminué en moyenne de 10% avec une très forte diminution, de presque 90%, des navires de plus de 12 mètres) et une légère augmentation des navires de taille inférieure à 12 mètres.

La tendance est similaire pour les navires immatriculés à Audierne et actifs dans le Parc : ils sont passés de 40 à 29 en une décennie.

En termes de production, un peu moins de 1000 tonnes de poissons ont été débarquées sous criée (1060 tonnes* en 2011). Le lieu jaune (265 tonnes*), les baudroies (126 tonnes*), le congre palangre (25 tonnes*) et le bar de ligne (115 tonnes*) étaient les principales espèces débarquées. La baisse du nombre de navires s’accompagne logiquement d’une chute progressive de la production.

* Source : www.quimper.cci.fr