Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Tellineur, un métier récent en Iroise

Au début des années 1980, les pêcheurs professionnels se sont intéressés à une ressource qui ne faisait jusqu’alors pas l’objet d’exploitation, la telline. Pour pallier à l’appauvrissement de certains sites de pêche traditionnels du littoral atlantique, des pêcheurs vendéens sont venus  prospecter les plages de la baie de Douarnenez et de la baie d’Audierne. L’Iroise compte désormais plusieurs dizaines de professionnels qui, exploitent les différents gisements de la zone. En plus du marché alimentaire français, la popularité de ce bivalve en Espagne suscite une demande soutenue.

Récolte de la telline, une drague à traction humaine

Espèces ciblées

La telline, Donax trunculus

La telline est pêchée sur le Domaine Public Maritime  à l’aide d’une drague à main équipée d’un harnais et tractée à reculons, à la force humaine. Cette drague est utilisée à marée basse dans quelques dizaines de centimètres d’eau. Elle est pourvue d’un tamis permettant de retenir les coquillages de taille marchande (2,5 cm). Le volet basculant « anti-retour » permet au cours du trait, de stocker progressivement au fond de la drague les coquillages triés.

 

 

Le métier de tellineur dans le parc

Deux gisements naturels classés administrativement par arrêté préfectoral sont exploités dans le périmètre du Parc naturel marin d’Iroise :

  • Le gisement des Blancs Sablons : ce gisement n’est ouvert que quelques jours par an, généralement avant les fêtes de fin d’années. Il est constitué de la zone de balancement des marées de la plage du même nom, délimitée à l'Est par la ligne reliant la pointe Nord de Pors Pabu à celle de Brenterc'h. Il s’agit du gisement le plus au Nord de l’aire de répartition de la telline.
  • Le gisement de Douarnenez-Camaret inclut la zone de balancement des marées comprise entre la Pointe du Grand Gouin et l'anse du Ris à l'intérieur de laquelle les plages de Kerloc'h (fermée toute l’année) et de l'Aber (ouverte quelques jours par an) sont gérées différemment. 

Les enjeux dans le parc

Avant 2011, l’accès aux gisements de la baie d’Audierne et de la baie de Douarnenez se faisait après délivrance de timbres (équivalent des licences) distincts. Il a été proposé de fusionner ces deux gisements pour permettre à des pêcheurs allant préalablement pêcher en baie d’Audierne, d’exploiter également les gisements de la baie de Douarnenez et inversement. La ressource étant jugée suffisante, le conseil de gestion a émis un avis conforme favorable à cette fusion des gisements. Cet avis conforme est assorti de recommandations  pour renforcer le contrôle sur cette pêcherie : pesée systématique des captures de tellines, suivi des déclarations de captures pour évaluer les rendements à un rythme au moins mensuel et évaluation annuelle des rendements des gisements.

Le Parc a appuyé également la mise en place par le Comité régional des pêches de Bretagne d’un bureau des gisements comprenant le Parc, l’Ifremer et  les pêcheurs professionnels. Ce bureau suit la gestion de la ressource et propose les mesures de gestion adaptées.