Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

L’aquaculture, un défi en Iroise

La mer d’Iroise est peu favorable à l’implantation de concessions aquacoles de par ses caractéristiques physiques et son exposition. Toutefois,  plusieurs entreprises aquacoles y ont installé leur activité, notamment sur la culture de moules et huîtres et d’algues. La pisciculture (culture de poissons) a fait l’objet de plusieurs tentatives sans qu’aucune n’ait abouti à des résultats satisfaisants.

Description de l’activité

On distingue deux types d’activités aquacoles présentes dans le Parc : la conchyliculture et la culture d’algues.

En Iroise, la conchyliculture est peu développée. Un élevage d’huîtres est présent sur l’Ile de Sein. L’exploitation en place vise uniquement l’affinage d’huîtres qui ont préalablement grossi ailleurs.
Par ailleurs, une culture d’algues est en place à Ouessant et s’est spécialisée uniquement sur l’espèce : Asparagopsis armata, algue aux vertus pharmaceutiques.
Des fermes piscicoles ont été implantées dans les baies abritées de Douarnenez et de Camaret, mais ne sont plus en place actuellement.

Enjeux dans le Parc

Le Parc naturel marin d’Iroise soutient, via son plan de gestion, le développement d’une aquaculture durable respectueuse de l’environnement et des consommateurs. Outre les actions que ses équipes mènent sur la qualité de l'eau, le Parc a lancé un appel à projets qui vise à développer l’activité économique liée à la pêche et l’aquaculture sur les îles. Plusieurs types d’investissements allant dans le sens d’une amélioration des conditions sanitaires ou d’une consolidation de la rentabilité économique d’entreprises aquacoles respectueuses de l’environnement marin seront étudiés.