Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

L’extraction de maërl et de sable coquillier dans le Parc naturel marin d’Iroise

Les matériaux extraits en  mer d’Iroise sont le maërl et le sable coquilliers. Ces prélèvements peuvent perturber la faune du fond (faune dite benthique) et, le cas échéant, des frayères et des zones de nourricerie.

L’activité d’extraction en Iroise

Au sein du Parc naturel marin d’Iroise, deux secteurs ont être concernés par des extractions de granulats marins : le banc des Pourceaux vers Molène pour le maërl et le site de Kafarnao près de l’île de Sein pour le sable coquillier. D’autres sites d’extraction existent en limite du Parc marin, comme celui du Minou.
L’estran a également été concerné par l’extraction. En 1998, huit sites dans l’anse de Dinan et en baie de Douarnenez étaient utilisés pour l’amendement agricole en Bretagne sur les terres acides à partir du sable de l’estran. Aujourd’hui, aucun site n’est exploité et aucune demande d'autorisation d'extraction sur le domaine public maritime n’a été formulée en 2009. Les extractions sur l’estran sont interdites sauf si elles sont réalisées à des fins de gestion de l’érosion côtière.

L’impact de l’extraction

L’intensité de l’impact de l’extraction dépend beaucoup du choix de la zone, de la fréquence et des modalités d’exploitation. Quels que soient les types de granulats marins, les techniques sont similaires. Il peut s’agir d’une méthode à poste fixe (drague ancrée, plateforme) ou de dragues avec des systèmes d’aspiration en marche (élinde traînante).
Ces impacts directs ou indirects sont :

  • une diminution de l’apport en sédiments due à l’extraction au voisinage de la côte, intensifiant l’érosion côtière ou modifiant la houle
  • une destruction de la faune et de la flore benthique
  • une augmentation de la turbidité avec la remise en suspension des sédiments. Ceci peut être nuisible à la flore car la turbidité empêche la photosynthèse mais aussi à la faune car les espèces vivant au fond peuvent être étouffées
  • dans certaines zones sensibles pour la pêche (frayères, nourriceries) et la conchyliculture, les particules fines, les matières organiques en suspension peuvent avoir des conséquences négatives, allant jusqu’à la destruction d’habitats remarquables comme les bancs de maërl .

Le rôle du Parc

Le rôle du Parc est de concilier protection du milieu marin et développement durable des activités maritimes. Aucune activité, y compris l’extraction, n’est a priori interdite. Néanmoins, cette activité doit être conciliable avec le bon état du milieu marin.
Depuis le 1er janvier 2009, les extractions du banc des Pourceaux et du site de Kafarnao sont suspendues dans l’attente de la réalisation d’une étude d’impact demandée par le conseil de gestion du Parc. A l’issue des conclusions de cette étude, l’exploitation pourra faire une demande d'ouverture de travaux, qui sera à nouveau soumise pour avis conforme du conseil de gestion du Parc naturel marin d'Iroise.
Cette étude concerne la granulométrie des sédiments en lien avec la houle et le renouvellement annuel du sable coquillier ainsi que l’expertise des peuplements benthiques et l’expertise halieutique sur les lançons.

L’avis conforme du Parc : le cas de Kafarnao

En septembre 2008, le conseil de gestion du Parc s’est prononcé sur la demande de titre minier déposée par une société d’exploitation sur son projet d’extraction de sables coquillers au banc de Kafarnao, au sud-ouest de l’île de Sein. C’était la première fois que le Parc se prononçait par avis conforme sur une demande d’autorisation pour une activité dans son périmètre. Le Parc a demandé une étude d’impact sur cette exploitation afin de pouvoir juger des effets sur la dune sous-marine protégée de l’île de Sein et sur les lieux de refuge potentiellement importants pour la pêche. Les dunes hydrauliques de ce site sont un refuge privilégié pour les espèces de poissons fourrages tels les lançons, mais également pour d’autres espèces comme le turbot et la barbue. Cet avis conforme a pour effet immédiat d’arrêter l’extraction.