Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Travaux de 2009-2010

En 2009-2010, 12 classes de P’tits mousses avaient répondu à l’appel à projet pour enquêter sur la biodiversité marine, la qualité de l’eau, les îles de l’Iroise et la pêche. Ils ont découvert Molène, l’île de Sein, le port-Musée, Océanopolis, la criée de Douarnenez...

Nous remercions les P’tits mousses de :

  • CM1 école primaire Roz Avel (Plougonvelin)
  • CM1 école primaire Jean Monnet (Le Conquet)
  • CP/CE1, CE2/CM1, CM1/CM2, école primaire Saint-Joseph (Le Conquet)
  • CM1/CM2, école primaire Marie Curie (Douarnenez)
  • CM1/CM2, école du Bourg (Plonévez-Porzay)
  • CM1/CM2, école du Bourg (Kerlaz)
  • CM1/CM2, école du Bourg (Argol)
  • CM1/CM2, école de Notre-Dame-de-Kérinec (Poullan-sur-mer)
  • CM1/CM2, école primaire (Sein)

Une exposition qui s’est tenue aux Plomarc’h à Douarnenez du 19 juin au 5 juillet 2010 a permis de présenter leur travail.

Les P’tits Mousses de CM2 de l’école Marie Curie de Douarnenez

 

Le 20 octobre 2009, dans le cadre d’un travail pédagogique, les P’tits Mousses de CM2 de l’école Marie Curie de Douarnenez ont accompagné les agents du Parc naturel marin d’Iroise à l’Ile de Sein.
Régulièrement les équipes du Parc étudient le champ de laminaires de l’île.
Les algues ont été numérotées, baguées et répertoriées dans certains secteurs. Les agents mesurent ainsi leur croissance et leur densité.
Les P’tits Mousses ont travaillé avec Mickaël et ont mesuré les laminaires baguées.       
De nombreuses autres algues sont présentes sur le site de Kilaourou.

 

Les P’tits Mousses les ont récoltées, classées et dessinées : algues vertes, algues rouges, algues brunes... Ils mettront ainsi en place, avec leur professeur, une clé de détermination et construiront ensuite en classe un alguier.
Ils cuisineront peut-être aussi, à leur retour en classe, un flan avec le Chondrus Crispus (pioka) très présent à Sein !
Un petit coup de chapeau à tous ces P’tits Mousses qui, malgré une traversée difficile au retour, n’ont pas été malades et ont gardé leur bonne humeur !

 

Les P’tits Mousses de CM2 de l'école Jean Monnet du Conquet

 

Le vendredi 7 mai, de 9h45 à 18h, la classe CM2 Jean Monnet est partie à Molène. Les accompagnateurs étaient : Yasmine (la maîtresse), Armel (garde du parc marin) et Véronique (aide aux enfants en difficulté). Cette journée pluvieuse nous montra le froid de Molène.
Arrivés à 10 heures à l’embarcadère nous marchâmes dix minutes pour arriver au musée du Drummond Castle. Ce musée porte le nom du bateau qui coula en 1896 avec 260 passagers. Il n’y eut que 3 survivants. Ce n’est que le lendemain du naufrage (17 juin) que Mathieu Masson, habitant de Molène, trouvat les deux premiers survivants : un officier et un lieutenant qui étaient de quart la nuit du naufrage. Les survivants se mirent en route pour Ouessant où l’on trouva un passager de première classe. Les officiers y reconnurent les corps de Williams, Margaret et Alice Reed qui reposent au cimetière de Lochrist.
Ensuite nous nous sommes arrêtés sous un préau où nous avons pique-niqué.
A la maison du littoral nous avons vu la faune et la flore de Molène : le Puffin des anglais, la Sterne, le Tourteau, le Bigorneau, la Moule, les Laminaires. Après, Jean-Yves nous montra les courbes de relief à Molène, où l’altitude maximale est de 38 mètres. Nous avons vu que les propriétaires de la mer d’Iroise protégaient la nature et les oiseaux. Ils nous ont montré un film qui parlait d’un monsieur qui pêchait à pied et quand il voyait des gens, il leur disait s’ils pêchaient bien ou pas. Par exemple : avec les vers, quand tu creuses, tu remets le sable dans le trou pour que les vers qui sont à côté puissent aller dans le trou.
Nous avons marché longtemps et sommes arrivés à l’église où repose un calice en or garni de pierres précieuses : jade, émeraude, rubis et or.
La citerne des anglais (un autre cadeau des Angalis) se situe à côté de l’église et les Molénais y puisent leur eau.
Après, nous fîmes le tour de l’île en rigolant et marchant gaiement, ensuite  nous sommes partis dans une crêperie où nous avons interrogé des personnes sur l’eau, qui est récupérée dans un puits. Pour le téléphone il y a des fils souterrains. Nous avons rencontré Rémi, marin et restaurateur, il nous a dit que l’électricité est fabriquée par une centrale.
Sur l’île, les principaux métiers sont : pêcheur, artisan, commerçant.
Pour l’école, les primaires et les maternelles sont au rez-de-chaussée du bâtiment et gérées par deux professeurs. Le collégien est au premier étage et il va une semaine sur deux à l’ïle de Batz.
La table d’orientation nous a appris que, en 1898, un moine irlandais du nom de Ronan débarqua à Molène au lieu dit Porzh Ronan.
Ce voyage nous a beaucoup plu car on y a appris plein de choses, on a bien rigolé, les guides des musées étaient sympas, le paysage était beau et les accompagnateurs étaient gentils.

Le collège Jean Marie Le Bris de Douarnenez

La classe de 6ème C du collège Jean Marie Le Bris de Douarnenez, après avoir découvert en classe les actions des agents du Parc naturel marin d’Iroise par le biais d’un diaporama, a travaillé, avec Olivier et Thérèse, agents du Parc, sur les algues, leur étagement, leur classification aux Sables Blancs, à Tréboul.

Rencontre avec le collège du Ponant à l’Ile de Sein

Les élèves du collège du Ponant chantent sur le bateau vers Sein

Puis, le 6 mai dernier, toujours avec Olivier et Thérèse, ils ont quitté le continent pour rejoindre l’île de Sein. Sur le bateau les élèves et leur professeur, Mme Colin, ont chanté, pour la plus grande joie des passagers la chanson de Louis Capart "Marie Jeanne Gabrielle". Ils ont été accueillis en mairie par M. J.P Kerloc’h, maire de Sein, qui leur a expliqué l’histoire de Sein, et la vie quotidienne sur l’île.

 

Ensuite les collégiens de Douarnenez ont rencontré Manille, seule élève de 5ème au collège du Ponant à Sein. Ils ont pu lui poser de nombreuses questions sur sa scolarité sur l’île, sur les raisons de son choix de rester sur l’île, sur sa vie sur l’île. Avec Isabelle, professeur au collège du Ponant, ils ont pu découvrir le matériel de visio-conférence qui permet à Manille, ainsi qu’à une autre élève qui est en 6ème, de pouvoir suivre, en direct, les cours avec leurs autres professeurs et les élèves des autres îles du Ponant.

Après un pique-nique sur les rochers de l’île, les élèves ont pu visiter le phare de Sein avec Serge, gardien du phare. Ils ont interviewé Serge et un autre gardien sur la vie du phare.

Puis ils ont traversé le village, passant par le dédale des ruelles pour regagner le bateau qui les a ramenés sur le continent.
La classe de seconde CAV a accompagné les 6èmes sur l’Ile de Sein, elle a rencontré Isabelle, Manille et Serge et a réalisé un DVD à partir de leurs interviews.

La rencontre vue par les P'tits mousses

"Monsieur le Maire nous a parlé de l’identité de l’île, des macro-déchets et du problème de l’eau.
L’ile est située à 5 km de la pointe du Raz. Elle s’étend sur 2 km. Elle est desservie quotidiennement par la vedette qui part d’Audierne. Elle compte 226 habitants en hiver et 1 500 environ en été. Les automobiles sont interdites. L’ile produit elle-même son électricité et dessale l’eau de mer pour en faire de l’eau potable. Le ramassage des poubelles est fait avec des brouettes qu’on accroche comme des wagons."
Morgane

 

"Nous avons vu monsieur le Maire. Il nous a dit qye le mètre cube d’eau est à plus de 6 euros. Les gens ont des cuves d’eau de pluie. Il faut qu’il y ait des intempéries, car s’il n’y a pas la consommation augmente et monsieur le Maire sera obligé d’augmenter les prix."
Océane

 

"Le phare de l’île de Sein de Goulenez est un phare de couleur blanc et noir. Nous sommes allés au phare par un immense escalier en spirale. La vue était magnifique et très impressionnante. La centrale électrique du phare alimente l’île en électricité. Nous avons rencontré deux gardiens du phare. Ce phare a été reconstruit en béton armé, en 1952, après que les Allemands l’aient "dynamité" le 4 août 1944."
Jean-Baptiste

 

"Le phare
Quand nous voyons ce phare, nous avons envie d’y rentrer
Avec ces immenses rochers
Qui l’entourent
Nous regardons aux alentours.
Mais nous ne voyons que sa beauté
Qui vient se dessiner auprès de ces rochers.
Quand nous voyons ces escaliers
Nous n’avons pas envie de les monter.
Mais une fois en haut
Quel bonheur d’etre au chaud.
Dès qu’il fait beau
On voit les oiseaux.
Alors nous allons mieux
De les voir tous heureux."
Gwendoline

La sortie des écoliers de Sein avec les agents du Parc marin à Kilaourou

"Jeudi 29 Avril, nous sommes allés au bateau pour accueillir Yves, Thérèse et Mickaël (Parc marin d’Iroise). Ensuite nous sommes partis pour le Kilaourou. On a fait une longue marche avant d’arriver à Kilaourou. Quand on est arrivé Mickaël a fait deux groupes. Le premier mesurait les algues et le deuxième groupe cherchait des crochets jaunes. Après on a mangé et nous avons été à la pêche à pied. On a ramené 2 ormeaux et aussi 7 ou 8 étrilles. Ensuite nous sommes partis parce que l’eau montait. On a fait le grand tour puis on est rentré à l’école. Quelle bonne journée !"
Morgane, Charlyne et Enora

 

"Nous avons fait une sortie scolaire avec le Parc marin. Les animateurs sont arrivés au bateau où nous avons été les rejoindre. Nous sommes allés mesurer les algues tout au bout de Kilaourou....Mickael, un des animateurs, nous a montré la carte où se trouvaient les balises pour localiser les algues. Et en route pour la glissade !!! tout le monde tombait avec les algues, même moi je suis tombée une bonne cinquantaine de fois. C’était trop marrant mais aussi il fallait travailler et tout le monde a participé en mesurant les algues et en cherchant les balises..."
Manille

 

"C’est la première fois que je vais à Kilaourou et la première fois que je recontre les gens du Parc marin. J’ai appris que les algues (laminaires) pouvaient atteindre plus de 4 m. J’ai aussi appris que pour pêcher un ormeau il faut qu’il fasse 9 cm. Nous avons passé une super journée !!!"
Anaïs

 

Les P'tits mousses de Roz Avel de Plougonvelin

"Nous sommes 19 élèves du CM1-CM2 de l’école Roz Avel de Plougonvelin.

Nous nous sommes rendus sur l’île de Molène le jeudi 8 avril 2010 avec Armel qui s’occupe du Parc naturel marin d’Iroise. Il a fait très beau et la visite était super !

Ce que nous avons le plus aimé, c’est l’histoire du naufrage, en 1896, du Drummond Castle, contée par Gérard. C’est un bon conteur qui nous a fait revivre une partie de cette histoire tragique.

La rencontre avec l’école a été surprenante pour nous : 12 élèves en tout, avec seullement 1 CM2 : Tiffany et 1 CM1 : Léa... ces deux dernières nous ont fait découvrir un four à goémon et l’impluvium.

Nous avons constaté que l’eau est très importante pour les îliens.

La rencontre avec Monsieur le Maire nous a fait rentrer complètement dans notre rôle d’enquêteurs et nous avons pris de nombreuses notes.

Enfin, la carte de l’archipel (éclairée !) à la maison de l’environnement insulaire nous a permis de redécouvrir les îles et îlots plus clairement. David, garde de la réserve naturelle d’Iroise nous a expliqué la fabrication des pains de soude dans les fours à goémon. Il nous a parlé de la vie d’oiseaux marins très rares qui vivent sur Bannec et Balannec.

Merci à toutes les personnes qui nous ont reçus"

La classe de CM2 de l’école Marie Curie de Douarnenez travaille sur le thème "les îles de l’Iroise, hier, aujourd’hui, demain"

Dans le cadre de l’appel à projet "Les p’tits mousses de l’Iroise mènent l’enquête" lancé par le Parc naturel marin d’iroise auprès de toutes les écoles situées dans les communes du Parc, une classe de CM2 de l’école Marie Curie de Douarnenez avait souhaité travailler sur le thème "les îles de l’Iroise, hier, aujourd’hui, demain", elle avait choisi de partir à a découverte de l’île de Sein.

Le 15 mars, accompagnée de Sylvie et Thérèse, agents du parc marin, de leur professeur des écoles et de quelques parents, les enfants ont embarqué pour l’île de Sein. En route le temps étant très beau, ils ont pu admirer le phare de la Vieille.

 

Arrivés à l’île de Sein les enfants ont été accueillis, en mairie, par Monsieur Jean-Pierre Kerloc’h, maire de l’île.

De très nombreuses questions, préparées en classe, ont été posées au maire, Monsieur Kerloc’h a pris le temps de répondre à chacun, leur racontant l’histoire de l’île, des habitants, de ceux qui ont répondu à l’appel du 18 juin et ont rejoint le Général de Gaulle en Angleterre pour défendre la France attaquée par les Allemands.

Suite à leurs demandes, le maire leur a expliqué, entre autres, comment il y a l’électricité : générateurs au phare de Sein permettant de couvrir tous les besoins de l’île, l’eau douce sur l’île : usine de désalinisation, comment les îliens s’approvisionnent en nourriture, en produits de la vie courante : il faut tout faire venir du continent par bateau, depuis le pain jusqu’aux briques pour construire de nouvelles maisons, et même parfois le poisson car il ne reste actuellement que deux pêcheurs professionnels à Sein.

Après une pause repas, en plein air, sur les rochers sous un beau soleil, les enfants ont pu visiter le phare de Sein.

Accompagnés du gardien du phare, ils ont gravi les 256 marches de ce phare afin d’atteindre le sommet, et enfin, ils ont pu admirer le paysage, de tout là-haut ils ont vu la chaussée de Sein, l’entrée de la baie de Douarnenez, la Pointe du Raz... Le gardien leur a aussi expliqué le fonctionnement de la lanterne.
De retour au pied du phare les enfants avaient aussi prévu de nombreuses questions pour le gardien. Celui-ci leur a raconté l’histoire de ce phare qui a du être reconstruit entre 1950 et 1951, car le 4 août 1944, durant la second  guerre mondiale, les allemands qui occupaient l’île de Sein craignaient un débarquement allié sur l’île, ils firent donc sauter le phare de Sein qui datait de 1839. De tous les phares sur Sein, seul le Men Brial évita la destruction.
Interrogé sur le devenir des gardiens de phare, sur leur vie, il leur a expliqué que maintenant le métier est totalement différent du fait de l’automatisation des phares, et un gardien doit être désormais un techncien qualifié, il doit comprendre les mathématiques, le dessin industriel, les moteurs diesel, la mécanique, l’électronique, l’électricité, l’électronique, l’électricité, l’informatique, les lectures météorologiques, les compresseurs...et surtout bien connaître la mer.
Les enfants sont revenus sur le continent enchantés de l’accueil qui leur avait été fait , de la disponibilité du maire et du gardien de phare qui ont répondu à toutes leurs questions.

Durant la traversée du retour un accompagnateur très particulier a intéressé les enfants au plus haut point : Randy, le dauphin bien connu, a suivi le bateau durant une grande partie du trajet, surgissant et plongeant sans arrêt pour la plus grande joie des enfants.