Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Le pingouin torda

Qui répondra à l’éternelle question: les pingouins volent-ils? Eh oui, le pingouin est bien un oiseau présent en Bretagne et il vole très bien! La confusion vient du manchot, que les anglais appellent «pinguin», qui vit dans l’hémisphère sud et qui ne sait pas voler. Le pingouin fréquente essentiellement l’Iroise et notamment la baie de Douarnenez en hiver. En mars, les pingouins rejoignent par milliers l’Islande et le Groenland pour se reproduire. C’est un proche cousin du macareux moine…

Fiche d'identité

Pour en savoir plus :

  • Identité :
    • Nom scientifique : Alca torda
    • Nom local : Pingouin torda, petit pingouin
    • Nom breton : Godez, erev begplat, erev beg-tev…
  • Classification :
    • Classe : Oiseaux
    • Ordre : Charadriiformes
    • Famille : Alcidés
  • Envergure : 60 à 70 cm
  • Taille/poids : 40 cm de long pour moins d’un kilo (500 à 750 g)
  • Régime alimentaire : Principalement des petits poissons (lançons, anchois, sardines…)
  • Statut de protection : espèce protégée en France
  • Niveau de population mondiale : 620 000 couples dont 500 000 en Europe.
  • Niveau de population en Iroise : ne niche plus en Iroise, entre 1 000 et 10 000 hivernants.
  • Facilité d’observation : assez facile en hiver

 

Où vit-il ?

Il se reproduit sur les falaises rocheuses bordant l’Atlantique nord du Canada, du Groenland et de l’Europe. Les principales colonies européennes se trouvent au Spitzberg, en Islande, sur la péninsule scandinave, au Royaume - Uni et en Irlande. L’hiver les oiseaux se dispersent en pleine mer et le long des côtes jusqu’en Méditerranée.

 

La vie privée du petit pingouin

Le pingouin torda est grégaire. C’est-à-dire qu’il préfère vivre en groupe. Les couples semblent très unis, certainement jusqu’à la mort d’un des deux. Les pingouins ne font pas de nid. Au tout début du printemps, les adultes rejoignent les sites de nidification. Très sociables, ils partagent volontiers leurs falaises avec le guillemot de troïl et la mouette tridactyle. Entre fin avril et début mai, la femelle pond un seul oeuf qu’elle dépose directement sur le sol. Après 5 semaines, le poussin éclos. Il est nourri par ses deux parents. Alors qu’il n’a qu’une vingtaine de jour et qu’il ne sait toujours pas voler, il quitte l’abri des rochers et se jette à la mer sous la surveillance de son père. C’est balloté par les vagues qu’il finira de grandir. Vers l’âge de 2 à 3 ans, après avoir parcouru les océans, le jeune adulte reviendra où il est né pour former à son tour une famille.

 

Comment le rencontrer en Iroise…

Dès le mois d’octobre et jusqu’en mars, les pingouins sont de retour en Iroise. Ils apprécient particulièrement la baie de Douarnenez qui les met à l’abri des grosses tempêtes hivernales tout en leur fournissant à manger en abondance. Isolé ou en groupe en compagnie de guillemots, tu peux voir ce petit oiseau, en mer ou depuis la côte. On le voit régulièrement dans les ports comme au Conquet.

 

Ne pas confondre avec…

La famille des alcidés compte deux autres espèces observables le long de nos côtes bretonnes. Ils se ressemblent tous lorsqu’ils sont en plumage d’hiver.

  • Le guillemot de troïl est le plus commun. Il est souvent difficile à différencier du pingouin surtout si on l’observe d’assez loin. Sa silhouette est plus élancée. Son bec noir est long et pointu. Sa face blanche hivernale est très contrastée et ornée d’une gracieuse ligne noire en arrière de l’oeil. En Iroise, il ne se reproduit plus qu’en petit nombre au cap Sizun.
  • Le macareux moine est très rarement observé. Il est nettement plus petit que les deux autres et difficile à détecter. Un ou deux couples nicheurs subsistent sur Keller (Ouessant). On peut encore le voir facilement autour des Sept-Iles en Côte d’Armor.