Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Bizarre, bizarre, comme c'est étrange!

Sur la thématique des petites curiosités, les élèves de CM1 et CM2 de l'école Jean Monnet du Conquet ont mené une enquête en cette matinée de mars, sur la plage de Portez, toujours au Conquet. Munis de loupes, d'épuisettes et de seaux, ils avaient pour mission de partir à la quête du "bizarre" et de récolter les organismes vivants qui leur paraissaient curieux. Une enquête, sur fond de biodiversité, qui les mènera vers l'identité exacte de chaque curiosité.

Pour commencer, on écoute les instructions données par Armel du Parc marin. On respecte le milieu et les organismes, on remet les rochers en place et on récolte chaque espèce avec précaution. Aussi on fait attention de ne pas glisser sur les rochers ou de se coincer les doigts.

Dispersés en groupes, les enfants ont comme mission de prélever les organismes vivants qui, à leurs yeux paraissent "bizarres". On regarde bien sous les rochers, on scrute chaque flaque et une fois que les seaux commencent à se peupler, chaque groupe sélectionne l'espèce qui lui semble la plus curieuse.  Chacun la dispose dans un "aquakit", et avec les loupes, on l'examine de plus près. Prêts à prendre des notes, nos détectives en herbe essayent de lui donner un nom, de deviner où elle trouve refuge et de quoi elle se nourrit. Enfin, pour être sûr de ne pas l'oublier, on dresse le portrait robot de la curiosité en question.

Une fois l'interrogatoire terminé, chaque groupe vient exposer les conclusions de son enquête. Bien qu'ils soient sur la bonne piste, Armel vient les aider à boucler le dossier "curiosités". Étoiles de mer, syngnathes, blennies et autres ont été démasqués et tous ont été relâchés dans leur milieu. Une affaire rondement menée. Il est l'heure de se restaurer, de prendre le chemin des locaux du Parc marin où il reste d'autres curiosités à découvrir l'après-midi.