Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Trois projets présentés en conseil de gestion du 22 novembre

27/11/2018 Vie de l'établissement - Façade Atlantique

Le conseil de gestion du Parc naturel marin d’Iroise s’est réuni le jeudi 22 novembre 2018 au Conquet. Il a porté, principalement, sur les projets suivants :

  • l'extension de la Réserve naturelle nationale d’Iroise,
  • l'évaluation des mesures de gestion pour l’exploitation de Laminaria hyperborea et
  • le projet européen BHCT, tourisme "bioculturel"dans les réserves de biosphère

Extension de la Réserve naturelle nationale d’Iroise

Réserve naturelle nationale d'Iroise

> Située en plein cœur de l'archipel de Molène

> Créée en 1992

> Constituée du domaine terrestre des îles de Banneg, Balaneg et Trielen

> Superficie : environ 40 hectares

Depuis le 1er octobre 2016, la Réserve est gérée par le Parc naturel marin d'Iroise.

En juillet 2018, le ministre de la Transition écologique et solidaire réaffirme, dans le plan Biodiversité, l’importance et la nécessité d’étendre les réserves naturelles existantes pour en faire de véritables réservoirs de biodiversité.

Le Préfet du Finistère et le Préfet maritime de l’Atlantique ont demandé au Parc d’engager un travail de concertation pour étendre le périmètre de l’actuelle réserve naturelle nationale d’Iroise.

Périmètre étudié

Il comprend l’ensemble des îles et îlots de l’archipel de Molène, ainsi que leurs estrans, du domaine terrestre jusqu’aux limites des plus basses mers de vives eaux. L’ile habitée de Molène est exclue du périmètre d’étude.

Il s'agira de concilier la protection de la biodiversité (espèces, habitats et fonctionnalités écologiques de l'archipel de Molène) et le maintien des usages durables.

Le Parc lancera une concertation avec les gestionnaires, les propriétaires, les élus et les usagers de ces iles et ilots. Une fois le projet précisé, il sera soumis à enquête publique et à délibération des instances concernées, dont le conseil de gestion du Parc.

Évaluation des mesures de gestion pour l'exploitation de l'algue Laminaria hyperborea

Le Parc abrite le champ d’algues molénais, l’un des plus grands d’Europe, et dont les algues, Laminaria hyperborea font l’objet d’une exploitation par 35 navires goémoniers. Depuis 2015, sous l’impulsion du conseil de gestion du Parc, l’exploitation de l’hyperborea est soumise à une gestion fine afin de garantir l’exploitation durable des laminaires et le maintien de l’état de conservation des écosystèmes.

Collaborer pour mieux connaître

Conscients de la biodiversité marine extraordinaire du champ, les goémoniers, les scientifiques et le Parc travaillent en étroite collaboration pour mettre en œuvre des actions de connaissance, notamment la cartographie du champ d’algues, et des mesures de gestion comme la fermeture de certaines zones de pêche ou l’évolution du système de jachère.

Ce système de gestion s’est concrétisé par une délibération du Comité régional des pêches de Bretagne et entériné par un arrêté du préfet de la région Bretagne.

Le projet SLAMIR pour évaluer l'efficacité de ces mesures

Mis en place par le Parc, le projet SLAMIR (Suivi LAMinaires dans le Parc naturel marin d’Iroise) permettra d’avoir des informations également sur le maintien des fonctionnalités des grands champs d’algues brunes après un cycle complet d’exploitation.

Il s’appuiera sur 4 types de suivis réalisés à la fois dans les zones exploitées et dans celles qui ne le sont pas.

L’année 2018 a été une année de mise en place de ces suivis. Les protocoles sont susceptibles d’évoluer suite à cette première année d’expérimentation. Le projet s’inscrit sur une durée de 4 ans, de 2018 à 2022, temps minimum pour comparer les suivis et évaluer si les changements sont profonds ou conjoncturels.

BCHT, tourisme « bioculturel » dans les réserves de biosphère

BCHT, Bio-Cultural Heritage Tourism, est un projet européen de 4 millions d’euros financé sur des fonds FEDER.

Il regroupe 4 réserves de biosphère, l’Université d’Exeter et « Pas-de-Calais Tourisme ».

Objectif :

Développer des activités touristiques et culturelles pour valoriser les patrimoines et les territoires, tout en répondant aux enjeux de préservation des sites sensibles et de réduction des pressions touristiques.

BCHT vise à développer un concept innovant de tourisme plus durable, en lien étroit avec les professionnels du tourisme, les acteurs privés et publics mais également les habitants des territoires concerné, autour de 4 objectifs :

  • développer une méthodologie collective et des outils communs,
  • permettre d’améliorer l’accueil des visiteurs,
  • limiter leurs impacts,
  • augmenter les revenus liés au tourisme et les retombées économiques.

En Iroise :

La Réserve de biosphère des îles et de la mer d’Iroise bénéfice de ce projet, porté localement par le Parc naturel marin d’Iroise et le Parc naturel régional d’Armorique.

En Iroise, il s’agira concrètement de réorienter certains flux touristiques aujourd’hui très concentrés sur la découverte des mammifères marins, vers de nouvelles offres.

BHCT sera lancé officiellement en Iroise le 4 décembre à Océanopolis dans le cadre de la Journée de la Réserve de biosphère Unesco des îles et de la mer d'Iroise.

Annonce journée de la réserve de biosphère des îles et de la mer d'Iroise - le 4/12/2018 Océanopolis

Haut de page Retour aux actualités