Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Stop au carénage «sauvage» et à l’utilisation de produits interdits

14/05/2018

La préfecture du Finistère et ses partenaires de la Misen* lancent une campagne d'informations et de surveillance en faveur d'un carénage respectueux de l'environnement. Cette démarche vise à inciter les plaisanciers et les professionnels à utiliser les équipements homologués pour caréner leur bateau. Elle s'accompagne de messages de bonnes pratiques pour limiter les impacts du carénage sur le milieu marin.

La filière nautique est très importante en Finistère. La plaisance, à elle seule, représente 3000 emplois et génère plus de 300 millions d’euros pour les entreprises de commerce, de réparation, de services et les centres nautiques. Le département comprend un peu plus de 29 000 points de mouillages sur ses 1400 km de côtes. Troisième département en 2010 en nombre d’immatriculations de bateaux de plaisance en 2010, le Finistère a enregistré presque 84 500 immatriculations de navires (navires à voile, à moteurs …) en 2017, soit une hausse de 8,7% depuis 2010. Cette activité porteuse pour le département ne doit pas se faire au détriment de la qualité des eaux.

Face à cet enjeu environnemental, la Préfecture du Finistère et ses partenaires de la Misen*  se mobilisent pour informer et sensibiliser les usagers aux bonnes pratiques du carénage. Une affiche d’informations sera transmise à l’ensemble des ports du Finistère. Les services habilités réaliseront, également, des actions de surveillance sur le littoral pour lutter contre le carénage dit «sauvage» (en dehors des aires et cales de carénage) et contrôleront les rejets issus des opérations de carénage.

Rappel de la réglementation

Pour réduire les risques de pollutions, un ensemble de textes réglementaires converge vers une interdiction de la pratique du carénage en dehors d’installations adaptées à la récupération des effluents et résidus pollués. Interdit notamment par le Code de l’Environnement, le carénage sauvage est passible d’une amende pouvant aller de 1500 € (contravention de 5ème classe) jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

De même, pour les peintures antifouling, un règlement européen limite sur le marché certains produits biocides comme par exemple le TBT dont des traces ont été retrouvées par les équipes du Parc naturel marin d’Iroise lors de suivis. Or ce produit est interdit depuis 2003 !

Aires de carénage et bonnes pratiques

Ainsi, l’utilisation d’aires ou de cales de carénage respectueuses de l’environnement est fortement conseillée, le site www.bretagne-info-nautisme.fr recense tous les chantiers navals subventionnés Vague Bleue par l’Agence de l’eau Loire Bretagne. Par ailleurs, quelques gestes simples de bonnes pratiques suffisent, le Parc naturel marin d’Iroise les a réunis dans un petit guide :

Pour en savoir plus

Dossier de presse

"Stop au carénage sauvage et à l'utilisation de produits interdits"

Affiche d'informations

sur le carénage

La Misen

La Mission interservices de l’eau et de la nature du Finistère est la structure de coordination départementale des services et des établissements publics de l’État intervenant dans le domaine de l’eau et de la nature. Elle réunit la Préfecture du Finistère, la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, l’Agence régionale de la santé (ARS), l’Office National de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), l’Agence française pour la biodiversité et le Parc naturel marin d’Iroise.

Haut de page Retour aux actualités