Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Le Parc marin explore les grottes en mer à marée

30/06/2014 Patrimoine naturel

Depuis quelques mois, le Parc naturel marin d’Iroise a entrepris une campagne de connaissance sur les grottes en mer à marée des côtes de Crozon. L’objectif est d’approfondir les connaissances sur ces grottes peu connues, pour ensuite envisager la mise en place d’actions de préservation et de protection.

Élément caractéristique des paysages de la Presqu’île de Crozon, les grottes en mer à marée ne sont accessibles qu’à marée basse. Elles abritent des espèces qui vivent habituellement plus bas dans la colonne d’eau. Elles trouvent certainement dans les grottes des conditions favorables à leur survie puisque l’humidité, la température et l’hygrométrie (humidité de l’air) y sont quasiment constants.

Une étude réalisée en 2007 a révélée que « les 110 km de linéaire côtier de la presqu’île de Crozon recèlent plus de 446 grottes en bon état de conservation, ce qui fait de ce site un patrimoine exceptionnel et place probablement la Presqu’île de Crozon comme un site de référence pour cet habitat en Europe. »

Aujourd’hui, le Parc naturel marin d’Iroise poursuit cette étude sur les grottes en mer à marée du site Natura 2000 « Côtes de Crozon », à savoir environ 300 grottes en mer à marée. Cette étude est menée par une stagiaire de l'Institut universitaire européen de la mer (IUEM), Sylvie Castay

Sur le terrain

Une trentaine de grottes ont été visitées à ce jour, avec en moyenne deux à trois grottes explorées par sortie, sur l’intervalle de temps pendant laquelle l’entrée est accessible à marée basse.

A l’intérieur, les agents relèvent :
•    Les caractéristiques physiques : longueur, largeur, hauteur, température, luminosité, hygrométrie, substrat au sol et nombre de cavités ;
•    Les caractéristiques biologiques : la présence ou l’absence d’espèces (faune et flore) ;
•    Les caractéristiques anthropiques à savoir la présence d’activités humaines (promeneurs, kayakistes, pêcheurs), si celle-ci est connue, ainsi que la présence de macro-déchets.

A l’issue de cette étude, les résultats obtenus permettront d’annoncer une éventuelle typologie de grottes en mer à marée sur la presqu’île de Crozon et d’amorcer une réflexion des éventuelles mesures de gestion qu’il sera nécessaire de mettre en place pour la conservation et la protection de ces grottes.

Haut de page Retour aux actualités