Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Le Parc marin à bord de la Thalia

15/03/2017

Du 8 au 19 mars 2017, la Thalia, navire de l'armement Genavir, est en baie de Douarnenez dans le cadre du programme GenoPopTaille de l'Ifremer et l'Agence nationale de la recherche (ARN). Les équipes du Parc naturel marin d'Iroise font parties des partenaires à bord pour analyser le benthos prélevé et particulièrement les poissons plats.

La présence de la Thalia en baie de Douarnenez s'inscrit dans le cadre du programme GenoPopTaille, piloté par l'Ifremer et financé par l'Agence nationale pour la recherche (ANR). Ce programme vise à estimer l'abondance absolue de la raie bouclée dans le golfe de Gascogne. Le projet GenoPopTaille propose de tester et d’évaluer une nouvelle méthode reposant sur le principe bien éprouvé des estimations dites par «capture-marquage-recapture» (CMR). Mais ici, le marquage n’est pas physique puisque l’on utilise la signature génétique des adultes, et la recapture se fait via l’identification génétique des descendants. Cette nouvelle approche génétique qui nécessite le génotypage d’un grand nombre d’individus est aujourd’hui rendue possible en raison de l’essor récent des techniques de génomique.

La baie de Douarnenez : zone de nourricerie pour la raie bouclée

La baie de Douarnenez a été choisie pour ces travaux après que des campagnes menées dans les années 1970 et 1980, aient révélées la fonction de nourricerie de la baie de Douarnenez sur la raie bouclée. Le programme CapOeRa de l'Association pour l'étude et la conservation des sélaciens (APECS) a montré que la baie de Douarnenez est un des principaux secteurs d'échouage de capsules de raie bouclée le long de la côté Atlantique.

Cette escale de la Thalia en baie de Douarnenez a pour objectif de coupler les données obtenues par l'APECS dans le cadre de son programme CapOeRa et les données génétiques des raies bouclées capturées au cours de cette campagne scientifique.

Le Parc, partenaire à bord

Avec l'APECS et l'UBO, le Parc naturel marin d'Iroise fait partie des partenaires invités par l'Ifremer à participer à cette campagne scientifique. Le Parc contribue à l'analyse du benthos prélevé lors des pêches scientifiques avec une attention toute particulière aux captures de poissons plats pour les mettre en regard avec les données collectées lors des chalutages de plage menées tous les ans, depuis 2010 en baie de Douarnenez.

Haut de page Retour aux actualités