Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Conseil de gestion du 5 février

06/02/2019

Le conseil de gestion du Parc naturel marin d’Iroise s’est réuni le mardi 5 février 2019 au Conquet. A l’ordre du jour : étude sur les antifoulings, des actions de sensibilisation aux macro-déchets (bacs à marée, plaque sur les bouches d’égout), une nouvelle charte pour les guides partenaires et les premiers résultats de l’étude sur la biodiversité halieutique en baie de Douarnenez.

Peintures antifouling : une étude montre leur risque sur la biodiversité et potentiellement sur la santé humaine

Les conclusions de l'étude menée depuis 2014 par le Parc naturel marin d'Iroise et Finistère 360° ont été présentées aux membres du conseil de gestion.

Consultez l'étude et visionnez le film :

Antifouling et environnement : où en sommes-nous ?

Pollution par les déchets : les gestes éco-citoyens !

Le Parc lance deux nouveaux projets de sensibilisation des citoyens aux déchets avec treize communes littorales volontaires (Porspoder, Lanildut, Lampaul-Plouarzel, Plouarzel, Plomodiern, Le Conquet, Plougonvelin, Locmaria-Plouzané, Crozon, Camaret, Telgruc-sur-Mer, Douarnenez et Molène)
300 millions de tonnes de plastique polluent nos océans. L’immense majorité de ces déchets vient de la terre.
En Iroise, même si 70% des déchets semblent être d’origine maritime (déchets provenant des navires, engins de pêche, objets échappés des conteneurs perdus…) il convenait de mettre en place des actions permettant de lutter contre les déchets provenant de la terre.

Installation de bacs à marée

Des bacs à marée, 35 au total, seront mis en place sur les plages de communes volontaires confrontées à d’importants échouages hivernaux. Ces contenants en bois seront positionnés de manière à inciter au ramassage spontané des déchets. Ce geste éco-citoyen sera l’occasion aussi d’informer le public sur les problèmes occasionnés par ces déchets de plage sur l’environnement marin.

Installation de plaques de sensibilisation sur les bouches d’évacuation d’eau de pluie

Une seconde initiative de sensibilisation est également lancée avec l’installation de 80 plaques de sensibilisation sur les bouches d’évacuation d’eau de pluie. Ces plaques porteront un message  simple et clair : « ne rien jeter, ne rien vider : la mer commence ici ». Il est formulé ainsi car un quart des déchets trouvés sur les côtes de l’Iroise sont transportés et déposés par ces collecteurs d’eaux pluviales.
Le Parc marin remercie les Finistériens de leur implication dans la lutte contre les déchets et de contribuer ainsi à protéger le milieu marin.

Premiers résultats de l’étude sur la biodiversité halieutique de la baie de Douarnenez

La baie de Douarnenez, une zone de nourricerie suivie

La baie de Douarnenez abrite les plus belles formations de sables fins de l’Iroise. Ces plages accueillent des juvéniles de poissons qui y grandissent la première année de leur existence avant de rejoindre des zones plus profondes. Depuis 2010, le Parc a repris le protocole mis en place par l’Université de Bretagne occidentale, et réalise des pêches au chalut de plage sur la plage de Kervel du printemps à l’automne. Les poissons plats y sont en effet très bien représentés, avec dix-huit espèces, dont la grande majorité vit toute l'année en baie de Douarnenez. Ceci représente une diversité tout à fait exceptionnelle sur une zone géographique aussi réduite. Pour autant, des alertes sont régulièrement lancées par des associations de pêcheurs de loisir et de riverains sur l’état de la baie et en particulier sur ses niveaux de ressource en poissons, devenus extrêmement faibles de leur point de vue.

Afin de répondre à ces alertes, le Parc marin et l’Ifremer ont mis en place de nouveaux suivis et des prospections sur une plus grande partie de la colonne d’eau. Ce nouveau projet baptisé « Nourdem » comme « Nourricerie démersale », vise à mieux décrire les peuplements de poissons présents et caractériser la fonctionnalité de la baie.

Premiers résultats d'études : des peuplements diversifiés

Les premiers résultats de l’étude montrent que la baie de Douarnenez abrite des peuplements de poissons relativement diversifiés : 

  •  le pageot commun (Pagellus erythrinus), le chinchard (Trachurus trachurus) sont les poissons les plus abondants en avril et en octobre ;
  • le bar (Dicentrachus labrax) est plus représenté en avril qu’en automne ; en avril c’est la 4ème espèce principale de poissons observée avec une taille moyenne de l’ordre de 33 cm.

Il serait toutefois nécessaire de poursuivre cette étude pour obtenir une vision plus robuste et précise sur au moins 3 ans de la richesse spécifique de la baie et de ses caractéristiques de nourricerie : abondance, structure de taille, paramètres de croissance, structure d’âge…).

Loisirs durables : une nouvelle charte des guides partenaires

Le Parc abrite des habitats et des espèces remarquables, protégés au niveau européen. Ce sont ces richesses qui attirent de nombreux touristes sur les côtes finistériennes et l’offre de découverte du milieu marin s’est développée. Ces prestations permettent aux touristes de découvrir la biodiversité marine et de les sensibiliser à sa protection, mais elles peuvent être aussi source d’impact sur le milieu.

Depuis 2016, le Parc a mis en place une charte de bonnes pratiques pour les structures proposant des activités de loisirs. Elle est signée aujourd’hui par 23 structures sur la soixantaine recensée.
A présent, une nouvelle version de la charte est proposée aux encadrants de sports de loisirs et d’activités de découverte exerçant dans le périmètre du Parc. Elle se veut  plus complète plus pédagogique.et plus territorialisée, ciblant les enjeux en fonction du type et des zones d’activités.

De son côté, le Parc propose de sensibiliser encore davantage les guides partenaires qui, engagés dans une démarche d’excellence, sont de véritables ambassadeurs du milieu marin, garants de sa protection. Le Parc sait en effet qu’il peut compter sur ces acteurs professionnels de la mer pour convaincre que la préservation de l’environnement marin est l’affaire de tous.

Exemples d'engagements des prestataires signataires de la charte :

  •  limiter leur vitesse lors de leurs sorties en mer,
  • proposer une offre élargie, non centrée sur la découverte des mammifères marins
  • sensibiliser les clients à la nécessité de protéger le milieu marin.

Élaborée en concertation, cette nouvelle charte entrera en vigueur pour la saison 2019, et sera présentée lors de la journée annuelle d’information des guides partenaires organisée par le Parc.

Haut de page Retour aux actualités