Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les bons gestes

Souvent moment de détente et de découverte du milieu marin, la pêche de loisir doit respecter quelques bonnes pratiques pour que cette activité récréative puisse continuer à être exercée dans les années futures. Quelques bons gestes, souvent de bon sens, aide le milieu naturel et la ressource à se renouveler.

Halte au gaspillage

Le pêcheur de loisir ne doit prélever uniquement que ce qui sera consommé, dans le cadre familial.

Les bons outils

Certains outils sont agressifs pour le milieu (râteaux, grattoirs…) L’observation et l’expérience permettent de capturer les animaux en respectant leur lieu de vie.

Mesurez vos prises

Les mailles légales actuelles sont établies dans l’optique de conservation durable de l’espèce. La taille minimale de capture est fixée par espèce et correspond généralement à la taille d’un individu s’étant déjà reproduit au moins une fois. Dans un souci de préservation, certains pêcheurs s’imposent une maille biologique supérieure à la taille légale, limitant ainsi le risque d’avoir capturé un animal qui ne s’est pas encore reproduit.
Afin de vérifier la taille de vos captures, munissez-vous d’un outil de mesure ou d’une réglette. Les individus trop petits seront directement relâchés. Ces outils de mesure sont disponibles auprès des principales associations locales ou fédération ou du Parc naturel marin d’Iroise.

 

 

Remettre les blocs en place

Lors de pêche à pied à l’ormeau, il est courant de retourner les blocs de pierre pour capturer les individus fixés sous le bloc. La remise en place de ces pierres est primordiale. Près de 400 espèces peuvent être recensées dans ces habitats. Sur l’une des faces du bloc vivent des organismes adaptés à la lumière (des végétaux notamment), et sur l’autre face vivent ceux qui l’aime moins (des animaux fixés). Il est estimé qu’une espèce animale sur trois disparaît sur des pierres non remises en place.